Le budget de Nice Côte d'Azur En débat

Alexis Lucchesi

— 

Le budget logement a augmenté de 57%.
Le budget logement a augmenté de 57%. — J. C. MAGNENET / ARCHIVES ANP / 20 MINUTES

Bataille de chiffres à Nice Côte d'Azur. Lors du conseil communautaire, vendredi dernier à Nice, le budget primitif n'a pas manqué de faire parler. Pointé du doigt par l'opposition, l'endettement de la communauté urbaine serait passé de « 380 à 630 millions d'euros en deux ans », selon Robert Injey (PCF). Une dette qui reste « faible » si on la compare aux autres collectivités, assure Henri Revel (UMP). Selon le vice-président, Nice Côte d'Azur occupe ainsi la 8e place du classement des communautés urbaines les plus endettées de France, avec un taux d'environ 1 000 euros par habitant.

La taxe d'habitation en question
D'un montant global de 918 millions d'euros, le budget primitif 2011 augmente de 82 millions par rapport à 2010. Parmi les enveloppes les plus importantes, celle du logement gonfle de 57%, avec 21,9 millions investis. « Nous fournissons un effort pour passer le cap des 2 000 habitations construites ou réhabilitées en 2011 », explique Christian Estrosi (UMP), président de Nice Côte d'Azur. On est tout de même loin des 128 millions d'euros alloués aux transports. Une somme qui devra entre autre financer les études nécessaires à l'extension du réseau de tramway. Côté impôts locaux, c'est la taxe d'habitation qui a fait jaser. Avec la réforme de la taxe professionnelle, les communautés urbaines perçoivent désormais la part que touchait le département. « Le gouvernement a profité de ce transfert pour donner un coup de pouce à l'imposition, soit une hausse de 12,5%  », a déploré Robert Injey (PCF). « Vous êtes sûr ? Regardez-bien votre prochaine feuille d'imposition... », a botté en touche Henri Revel.

Un parking à Sulzer, c'est acté

Le conseil a voté le partenariat public-privé pour la création du parking souterrain Sulzer. Livré en mars 2013, il sera doté de 450 places. Pendant les travaux (18 mois), l'œuvre de Bernar Venet devrait être déplacée. « Cette statue peut aller n'importe où dans Nice », a affirmé Christian Estrosi.