Une fusion qui divise les parents des petits patients

— 

Le personnel a du changer ses habitudes, les parents des patients aussi. Du coup, ils sont nombreux à avoir un avis sur le regroupement de la pédiatrie publique avec celle de l'établissement privé Lenval. Avant le déménagement, Nathalie et son fils Axel, 2 ans et demi, fréquentaient plutôt l'hôpital l'Archet. Aujourd'hui, la maman ne regrette pas le changement : « je trouve Lenval plus propre », confie-t-elle. Effet inverse pour Céline, vraie nostalgique du CHU : «  Le personnel était plus sympa là-bas. Mais je n'ai pas le choix : tous les médecins qui suivent mes enfants ont déménagé à Lenval ».
En consultations médicales, c'est l'attente qui fait râler. « C'est problématique. Une amie à moi essaie depuis trois mois de prendre rendez-vous avec son pédiatre mais le standard téléphonique est surchargé », souligne Corinne, qui préfère désormais contacter son médecin par mail. Du côté des urgences, l'affluence a elle aussi explosé, en regroupant les 33 000 passages annuels de Lenval et les 18 000 du CHU. De quoi provoquer une fuite des patients ? A n'en pas douter selon une chef de service : « certains parents m'ont confié préférer faire le trajet jusqu'à Monaco, par exemple, pour éviter la pédiatrie niçoise ».A. S.

La maternité de l'Archet sur le départ ?

« La pédiatrie est malheureuse d'être séparée de son service maternité publique [toujours à l'Archet] », déplore Bernard Lecat, administrateur du groupement Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval. Pour tout regrouper à Lenval, les travaux de création d'un Centre de la femme, de la mère et de l'enfant devraient être lancés d'ici à 2012, à côté du bâtiment existant.