Le travail au noir dans le viseur du BTP

— 

Les professionnels du bâtiment repartent en guerre. Hier, à l'issue d'une table ronde avec le préfet et le maire de Nice, la caisse de cotisation Congé intempéries BTP a lancé une nouvelle version de sa carte professionnelle. « On tente clairement de faire de la pédagogie et du lobbying auprès des pouvoirs publics pour qu'une loi rendent obligatoire le port de ce badge sur les chantiers », explique l'un des dirigeants de cette structure, Didier Parrini. L'objectif : lutter contre le travail clandestin, « au noir ». « Ces employés non déclarés restent difficile à quantifier, mais sont très nombreux dans le département, où le BTP pèse lourd dans l'économie locale », détaille Philippe Renaudi, vice-président de la fédération des professionnels azuréens. « Ces pratiques sont toujours motivées par l'appât du gain et constituent une concurrence déloyale », ajoute le dirigeant. Elles mettent également en danger la sécurité de ces travailleurs clandestins, non-assurés en cas d'accident.J.C.M.