Les plagistes niçois retrouvent le sourire

Jean Christophe Magnenet

— 

L'aide financière du conseil régional est à l'ordre du jour de l'assemblée d'aujourd'hui.
L'aide financière du conseil régional est à l'ordre du jour de l'assemblée d'aujourd'hui. — J. C. MAGNENET / ANP

« Le pire est derrière nous ». Sur les galets niçois, René Colomban pousse un « ouf » de soulagement. Depuis vendredi, le coup de mer du 4 mai dernier est officiellement reconnu par les services de l'Etat comme catastrophe naturelle pour de nombreuses communes du département, dont Nice. Le patron du Blue Beach et président du Syndicat des plagistes niçois fait le point : « Nous allons enfin pouvoir rentrer dans le vif du sujet et boucler nos dossiers avec les compagnies d'assurance. Après quelques négociations, nous devrions être remboursés d'ici la fin de la saison ». René Colomban rappelle que « les plagistes ont dû avancer tous les frais de reconstruction ».

La reprise au rendez-vous
Un dispositif de soutien a tout de même été voté vendredi dernier au cours du dernier conseil municipal. « Un mois de redevance est offert à toutes les concessions, le paiement du reste est différé à septembre, et un système de prêt à taux zéro est proposé aux plagistes », détaille le premier adjoint au maire, Benoît Kandel. Un soutien financier devrait également être voté aujourd'hui par le conseil régional. En attendant, avec les premières chaleurs, les Niçois rattrapent le temps perdu ce printemps : « La reprise est là, sourit Mickaël Amar, qui dirige la plage Le Voilier. Mais il sera tout de même difficile de rattraper le retard. » Même bonne humeur au Castel Plage, dont les installations avaient été ravagées par le coup de mer. « Malgré plus de 300 000 € de dégâts et un assureur aux abonnés absents, nous avons mis les bouchées doubles et la plage a pu rouvrir dès le 15 juin, rappelle le maître des lieux, Ali Abdelhafidh. Depuis, nous sommes pleins chaque jour de beau temps ! »

En chiffres

15 plagistes disposent d'une concession sur la commune de Nice.700 emplois directs environ sont générés par ces sociétés.300 emplois indirects sont à ajouter pour estimer le poids de cette activité.3 000 personnes par jour s'allongent en moyenne sur des matelas de location durant l'été.6 à 7 millions d'euros de chiffre d'affaires seraient chaque année encaissés par les plagistes niçois.15 communes azuréennes sont reconnues comme touchées par cette catastrophe naturelle pour « inondation et choc mécanique liés à l'action des vagues ».