Attention aux pics de pollution

Jean Christophe Magnenet

— 

L'automobile et les embouteillages restent la première source de pollution à l'ozone.
L'automobile et les embouteillages restent la première source de pollution à l'ozone. — ARCHIVES J.C. MAGNENET / ANP

C'est un bien triste record. Provence-Alpes-Côte d'Azur se trouve en tête des régions les plus polluées de France à l'ozone et se situe parmi les plus mauvais élèves d'Europe. En cause : l'émission de polluants par certains pôles industriels, mais surtout et avant tout les transports routiers. « Sous un fort ensoleillement, le dioxyde d'azote des pots d'échappement finit par se transformer en ozone », explique Florence Peron, de l'association Atmo Paca, qui surveille l'atmosphère azuréenne.

De nouvelles alertes
Un ozone qui peut provoquer toux, altération pulmonaire et irritations oculaires aux personnes sensibles (cardiaques, allergiques et enfants de moins de huit ans) lorsque le taux de 180 µg/m3 est atteint. Un seuil dépassé à six reprises dans notre département l'été dernier, et qui le sera à nouveau cette année. « Des prévisions ainsi que des alertes sont communiquées sur notre site internet », annonce Florence Peron.

L'air des écoles azuréennes sous surveillance

Pour la première fois, les pouvoirs publics testent la qualité de l'air intérieur dans 150 établissements français, dont 5 dans notre département. Un dispositif placé au plafond de certaines classes a mesuré les quantités de benzène, dioxyde d'azote, Co2 et formaldehyde (solvant contenu dans les meubles) dans 2 maternelles, une crèche et 2 primaires azuréennes. Les résultats devraient être communiqués aux collectivités locales ces jours-ci.