Une Bouée de sauvetage attendue

Aurélie Selvi

— 

Le matériel neuf de l'Opéra Plage, à peine acheté et aussitôt ruiné par les vagues.
Le matériel neuf de l'Opéra Plage, à peine acheté et aussitôt ruiné par les vagues. — A. SELVI / 20 MINUTES

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Hier, le maire de Nice, le président du conseil général et le préfet ont dévoilé leurs actions pour aider les plagistes niçois sinistrés par le coup de mer. Attente majeure de ces 15 patrons : le classement de la commune en état de catastrophe naturelle qui devrait être décidé le 20 mai, lors d'une réunion avancée par le ministère de l'Intérieur. S'il est avéré, il leurs permettra d'obtenir le dédommagement prévu par leur assurance. Pour monter les dossiers de remboursement destinés aux compagnies, la municipalité propose un service gratuit d'accompagnement juridique.*

200 000 € de liquidités d'urgence
Mais à l'heure du lancement de la saison touristique, les plagistes ont besoin de cash pour se remettre à flots. Ce mois-ci, ils seront exonérés de leur redevance d'occupation du domaine public (qui représente entre 80 000 et 100 000 € à l'année). Tandis que le département, la ville et la communauté urbaine annoncent une aide d'urgence de 200 000 €, qui devra cependant attendre le vote des élus pour être débloquée. Quant aux plagistes les plus touchés, ils pourront solliciter une avance de fonds sans intérêts à hauteur de 2 millions d'euros auprès du conseil général et de la ville. Ce week-end, cinq concessions niçoises pourront d'ores et déjà accueillir la clientèle.

Décret assoupli

Très controversé, le décret plage, dans sa version 2006, ferait perdre 15 m de surface à chaque concession niçoise. Le préfet a annoncé hier qu'il serait assoupli avant la saison estivale.