BILAN POSITIF POUR LA STATION

— 

Laboratoire à l'abandon, station service désaffectée, anciens locaux du CHU... Créé en 1995 à Nice, le collectif La Station a mis du temps à trouver le bon endroit pour exprimer sa passion de l'art contemporain. Depuis début septembre, c'est aux abattoirs que la structure a posé ses valises, en avant-première. À sa disposition : 1 000 m² loué à la ville pendant 3 ans. Neuf mois après, c'est un bilan « très positif » que dresse Cédric Teisseire, créateur du collectif. « En 3 expos et 7 événements, le lieu a drainé plus de 3 000 visiteurs. C'est beaucoup mieux que ce qu'on faisait avant. On s'est aussi amélioré sur l'accueil des scolaires. Plus de 200 élèves, de la maternelle à la terminale, sont passés par chez nous », explique-t-il. Côté artistes, les 650 m² dédiés aux résidences semblent faire leur effet, en France et même au-delà. « Le bouche-à-oreille fonctionne énormément. Avec deux candidatures spontanées par semaine, les demandes ont même triplé depuis notre installation », note-t-il. Un engouement que le projet des abattoirs devrait encore booster. « Le lieu est loin d'avoir gagné toute sa notoriété. Ça fonctionne bien mais nous sommes très impatients d'avoir des voisins qui proposent des choses, différentes des nôtres et complémentaires à la fois », conclut Cédric Teisseire.A.S.