Nice : Une lycéenne de 17 ans n'a pas donné signe de vie depuis le 3 janvier

APPEL A TEMOINS La police nationale a publié un nouvel avis de disparition alors que la communauté comorienne organise un deuxième rassemblement, ce dimanche à Nice

F.B.
— 
L'adolescente n'a plus donnée signe de vie après son départ de son domicile du quartier des Liserons, à Nice, le matin du 3 janvier (Illustration)
L'adolescente n'a plus donnée signe de vie après son départ de son domicile du quartier des Liserons, à Nice, le matin du 3 janvier (Illustration) — O. Ayed

EDIT : Ses proches et le premier adjoint au maire de Nice ont annoncé ce vendredi 11 février 2022 que l’adolescente avait été retrouvée en bonne santé.

Où est-elle ? Depuis la disparition d’une lycéenne niçoise de 17 ans, signalée le 3 janvier, la mobilisation est forte. La police a relancé un appel à témoins. Ses proches et la communauté comorienne des  Alpes-Maritimes organisent un deuxième rassemblement, ce dimanche à partir de 14 heures, de la place Masséna à la place Garibaldi à  Nice.

Selon les forces de l’ordre, qui publiaient vendredi un nouvel avis de « disparition inquiétante de personne mineure », la jeune femme d’1,61 m, portait un jean, une veste à carreaux et un grand sac noir lorsqu’elle a été vue pour la dernière fois, le 3 janvier. Ce matin-là, elle a quitté le domicile familial de l’impasse des Liserons en bus mais n’est jamais arrivée au lycée professionnel des Palmiers, dans le quartier du Mont-Boron, où elle est scolarisée.

« Fais-nous un signe »

Une enquête a été ouverte et confiée à une brigade spécialisée dans les disparitions inquiétantes. Aucune piste n’est écartée, y compris celle de la fugue.

« Si tu es en vie, fais-nous un signe quel qu’il soit », a demandé, mercredi soir après avoir été reçu par le premier adjoint au maire de Nice, le président de la communauté comorienne Nice Côte d’Azur, Nadjim Maecha, cité par Nice-Matin. « Si quelqu’un [la] retient, il faut qu’il la relâche pour qu’elle rentre à la maison », a aussi imploré la mère de la lycéenne, à ses côtés, selon le quotidien régional.