Nice : Le tir fatal lors d’une interpellation mercredi est « complètement accidentel » selon le policier

ENQUETE La garde à vue de ce fonctionnaire de police de la BRI du service de police judiciaire de Nice a été prolongée, annonce le procureur

Fabien Binacchi
— 
Un important dispositif est déployé devant le 7 rue de la Buffa
Un important dispositif est déployé devant le 7 rue de la Buffa — E. Martin / ANP / 20 Minutes

Le policier qui a mortellement blessé un des hommes que la BRI était venue   interpeller,  mercredi dans le centre de Nice, a indiqué aux enquêteurs que son tir était « complètement accidentel », fait savoir le procureur de la République ce jeudi. Xavier Bonhomme précise également que la garde à vue de ce commandant qu’il décrit comme « expérimenté » « vient d’être prolongée ».

Les faits se sont déroulés lors d’une « opération de police judiciaire visant à interpeller plusieurs individus en lien avec l’homicide de M. Ermelindo Goncalves Fontes », un jeune homme de 24 ans abattu la nuit de Noël dans un quartier situé au nord de Nice, rappelle le magistrat. Une opération qui « s’est mal passée », expliquait, dès mercredi, le procureur qui a annoncé sur place avoir saisi l’IGPN pour homicide volontaire.

Lors de ces arrestations, le fonctionnaire « a fait usage de son arme et a atteint la tête de l’un des individus ciblés alors par l’opération de police », détaille encore Xavier Bonhomme. Le jeune homme, né en 1999 et originaire de Marseille, est mort des suites de ses blessures alors qu’il était pris en charge par les services de secours.