Tempête Alex dans les Alpes-Maritimes : Une concertation populaire pour définir « l’avenir » des vallées sinistrées

C'EST «INEDIT» Trois groupes de 50 personnes vont pouvoir s’exprimer en janvier et en février sur la mobilité, les enjeux sociaux ou encore le développement économique et touristique

F.Bi. avec AFP
— 
Une maison détruite dans le lit de la Vésubie
Une maison détruite dans le lit de la Vésubie — F.Spire/SIPA
  • Une concertation populaire « inédite » va s’ouvrir pour définir « l’avenir » des vallées sinistrées par la tempête Alex.
  • Trois groupes de 50 personnes seront constitués de volontaires (qui pourront se manifester dès lundi) en respectant la parité hommes/femmes et selon une représentation sociologique « la plus diversifiée possible », selon la préfecture.

Plus d’un an après les crues meurtrières survenues en octobre 2020 dans les Alpes-Maritimes, une concertation populaire « inédite » va s’ouvrir pour définir « l’avenir » des territoires sinistrés. Pendant deux mois, en janvier et en février 2022, les habitants des vallées de la Roya, de la Tinée et de la Vésubie vont ainsi pouvoir s’exprimer dans le cadre de trois groupes formés chacun de 50 personnes.

Ils seront constitués de volontaires qui pourront se manifester dès lundi en respectant la parité hommes/femmes et selon une représentation sociologique « la plus diversifiée possible », selon la préfecture. Un autre groupe de 80 habitants sera issu de ces trois premiers groupes. Leurs propositions, sur des thématiques non limitées (mobilité, enjeux sociaux, développement économique et touristique, etc..), seront soumises aux maires et aux élus, sous l’égide de la Direction interministérielle à la transformation publique.

« Il y a le plan d’urgence, puis la phase de reconstruction. Au-delà, la question est : quel avenir pour ce territoire ?, a déclaré à Nice-Matin Marc Fesneau, ministre chargé des Relations avec le Parlement. Comment faire évoluer les choses pour faire face à ce genre de catastrophes ? Nous avons pensé que c’était utile de la faire avec les citoyens. »

Une première « dans un contexte post-catastrophe »

Cette concertation a débuté ce jeudi avec la première réunion, en visioconférence, du comité de pilotage, présidé le ministre et auquel participe Xavier Pelletier, préfet délégué chargé de la reconstruction des vallées. « C’est un mode d’association des habitants totalement inédit dans un contexte post-catastrophe », a expliqué ce dernier.

Sur les 572 millions d’euros consacrés par l’Etat à la reconstruction, une enveloppe de 50 millions a été réservée pour financer ces projets à hauteur de 50 %, « potentiel qui sera porté à 100 millions avec l’apport complémentaire des collectivités territoriales et de l’Union européenne », a encore précisé le préfet délégué.

Selon Xavier Pelletier, citant des experts, la tempête qui avait fait dix morts et huit disparus, est la catastrophe qui a provoqué « le plus de dégâts en France métropolitaine depuis la Seconde Guerre mondiale », avec une facture à au moins un milliard d’euros.