Nice : Son gestionnaire en liquidation judiciaire, quel avenir pour la Gare du Sud ?

FOOD HALL Urban renaissance, à qui la ville a attribué un bail emphytéotique pour l’exploitation du lieu, est « convoqué » par la municipalité

Fabien Binacchi
La halle gourmande est située à l'arrière de l'ancien bâtiment de la gare ferroviaire
La halle gourmande est située à l'arrière de l'ancien bâtiment de la gare ferroviaire — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • « La procédure de liquidation judiciaire est enclenchée » pour la société Le Jardin défendu, qui était chargé de relancer la Gare du Sud, à Nice.
  • « Nous avons convoqué les responsables d’Urban renaissance, titulaire du bail de la Gare du Sud, dans les jours qui viennent », indique la ville qui ne veut pas voir péricliter ce lieu lancé en 2019 avec beaucoup d’ambition pour le quartier Libération.

Depuis cet été, Le Jardin défendu avait réussi à redonner un certain coup de fouet à la Gare du Sud avec plus de 70 animations. Mais cette société spécialiste de l’animation des « food halls » n’ira pas plus loin. Depuis le 17 novembre, la « procédure de liquidation judiciaire » redoutée ces dernières semaines « est enclenchée », confirme à 20 Minutes cette entreprise choisie par le groupe Urban renaissance, délégataire de la halle gourmande, pour la relancer après un démarrage des plus compliqués.

En désaccord sur les moyens à investir pour faire prospérer le site (Le Jardin défendu réclamant plusieurs millions d’euros de travaux), les deux entités vont donc se séparer. « Urban Renaissance prend acte de la décision du tribunal quant à l’ouverture d’une liquidation judiciaire du Jardin défendu. La société est dans l’attente d’une décision du liquidateur qu’elle espère dans les meilleurs délais », explique le titulaire du bail emphytéotique consenti par la ville à son ouverture en 2019.

« Travail actif sur la manière de relancer la halle »

Et ensuite ? La Gare du Sud va-t-elle repartir à nouveau de zéro ? « Cette situation implique une phase de transition nécessaire mais le groupe travaille activement sur la manière de relancer la halle », répond Urban Renaissance, toujours bien décidé, selon ses responsables, à « apporter au site le dynamisme et le succès qu’il mérite ».

Et la ville y compte bien. C’est d’ailleurs Christian Estrosi qui lançait l’alerte le 9 novembre. Inquiet de voir « péricliter » le lieu qu’il a lancé avec beaucoup d’ambition pour le quartier Libération, le maire de Nice avait mis la pression sur Urban renaissance. Il expliquait alors que « plusieurs investisseurs et professionnels du secteur de la restauration [ont] déjà manifesté auprès de [lui] leur intérêt » pour la reprise du site.

La ville espère désormais pouvoir y voir un peu plus clair dans les plans d’Urban renaissance. « Nous avons convoqué les responsables dans les jours qui viennent », indique simplement la mairie à 20 Minutes. Dans l’espoir de pouvoir écrire une nouvelle page pour la Gare du Sud. Plus dynamique cette fois-ci.