Vaccination à Nice : La troisième dose ouverte à tous (en fonction des stocks) dès le 1er décembre

COVID-19 Les habitants de la métropole dès 12 ans pourront recevoir le rappel dans les centres de vaccination, de 17 heures à 18 heures, « dans la limite des doses restantes disponibles »

Fabien Binacchi
— 
Une vaccination, le lundi 22 novembre 2021, dans le centre installé dans les loges du Théâtre de verdure, à Nice
Une vaccination, le lundi 22 novembre 2021, dans le centre installé dans les loges du Théâtre de verdure, à Nice — SYSPEO/SIPA
  • Les troisièmes doses seront ouvertes à tous ceux qui ont « terminé leur cycle vaccinal depuis six mois » et pourront se faire « de 17 heures à 18 heures, dans la limite des doses restantes disponibles », annoncé la métropole niçoise.
  • Christian Estrosi réclame parallèlement au gouvernement la mise en place de mesures de « restrictions ciblées » pour les non-vaccinés.

Vu la montée de la cinquième vague, Christian Estrosi préfère avoir un coup d’avance. L’élu a annoncé lundi que tous les habitants de la métropole niçoise pourront, dès l’âge de 12 ans et à partir du 1er décembre, se faire injecter une dose de rappel du vaccin anti-Covid-19, qui ne sera disponible qu’aux plus de 50 ans au niveau national. La Haute Autorité de santé a recommandé de son côté qu’elle soit disponible dès 40 ans.

Ces vaccinations seront ouvertes à tous ceux qui ont « terminé leur cycle vaccinal depuis six mois » et pourront se faire « dans les centres de vaccination de la métropole, […] de 17 heures à 18 heures, dans la limite des doses restantes disponibles », précise la collectivité. Les publics de plus de 50 ans demeurant prioritaires dans l’attribution de ces troisièmes doses.

Estrosi demande des « restrictions ciblées »

Christian Estrosi a assuré « respecter les règles fixées par le ministère de la Santé », tout en demandant au gouvernement de « débloquer » le rappel pour tous. L’élu niçois a également réclamé la mise en place de mesures de « restrictions ciblées » pour les non-vaccinés, si la situation venait à se détériorer rapidement. Il évoque notamment les « activités culturelles, de loisirs, sportives » et « commerciales ».

« Les vaccinés n’ont pas à payer pour les non-vaccinés, nous n’allons pas remettre sous cloche notre économie, nos activités culturelles ou nos stations de sports d’hiver », a-t-il dit, tout en se disant opposé à un confinement des réfractaires à l’injection.

Le nombre de cas multiplié par deux en dix jours

Lundi, le taux d’incidence, le nombre de cas de Covid-19 pour 100.000 habitants, atteignait 224 dans les Alpes-Maritimes, au-delà de la moyenne nationale (172). Il y a dix jours, le département dépassait à peine la barre symbolique des 100 cas.

A Cannes, la mairie a annoncé lundi ouvrir les rendez-vous de troisième injection aux plus de 50 ans. Le maire d’Antibes a aussi fait savoir qu’il « a décidé [de les] accepter » au sein du centre de vaccination de la ville pour obtenir cette dose de rappel.