Menton : Le conseil municipal se déchire après la mort du maire Jean-Claude Guibal

LES AFFRES DE LA SUCCESSION Après l'annonce de l'élection de son successeur, Yves Juhel, avec une voix d'avance, dix-sept conseillers ont fait part de leur démission

Fabien Binacchi
La ville de Menton
La ville de Menton — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Après l’émotion suscitée par le décès du maire de Menton Jean-Claude Guibal, le 25 octobre à l’âge de 80 ans, place aux affres de sa succession. L’élection du nouveau premier magistrat de la ville azuréenne, ce mardi, a provoqué la scission du conseil municipal. Yves Juhel, l’ex-deuxième adjoint, a été désigné par dix-huit voix contre dix-sept pour l’ancienne première adjointe Sandra Paire.

La conseillère régionale et ses soutiens ont alors quitté l’assemblée et annoncé leur démission, ouvrant la voie à un nouvel appel aux urnes pour les électeurs mentonnais. Selon Nice-Matin, Yves Juhel a annoncé son intention d’entamer des discussions avec ces élus annoncés sur le départ, mais si « toutes les démissions étaient confirmées, il faudrait relancer un scrutin », a confirmé la municipalité à 20 Minutes.

Quatre démissionnaires (au moins) à convaincre

Un nouveau processus d’élection est en effet nécessaire si le conseil municipal perd « le tiers ou plus de ses membres ou compte moins de cinq membres », comme le réglemente l’article L2122-8 du Code général des collectivités territoriales. Il suffirait donc qu’au moins quatre démissionnaires décident finalement de rester pour qu’Yves Juhel soit confirmé dans sa fonction. Le conseil municipal de Menton comptant 35 élus, treize départs seraient suffisants pour avoir à organiser une nouvelle élection.

Des tractations devraient donc avoir lieu dans les prochaines heures, voire les prochains jours. Parallèlement, et en attendant d’y voir plus clair, Yves Juhel devra assumer ses nouvelles fonctions.