Nice : « Pratique pour des petits trajets » mais « détérioré »... Que vaut le service Renault Mobility ?

AUTOPARTAGE Opéré depuis l'été sous le nom Mobilize, le service a été utilisé à 7.500 reprises depuis le début de l’année dans la métropole

Elise Martin
— 
Le service Renault Mobility, devenu récemment Mobilize Share, dispose de 52 véhicules sur la métropole Nice Côte d'Azur
Le service Renault Mobility, devenu récemment Mobilize Share, dispose de 52 véhicules sur la métropole Nice Côte d'Azur — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • En place depuis bientôt deux ans dans la métropole niçoise, le service Renault Mobility, qui permet de louer des voitures en autopartage, propose une flotte de 52 véhicules 100 % électriques.
  • Très satisfaits au début, certains usagers dénoncent maintenant un service « très moyen » avec des véhicules « très sales » et « parfois inutilisables car ils ne sont pas chargés ».
  • Mobilize a assuré à 20 Minutes qu’un lavage « complet » était effectué tous les quinze jours.

Depuis bientôt deux ans, le service de locations de voitures en autopartage Renault Mobility, devenu Mobilize cet été, se développe sur la métropole niçoise. Les 52 véhicules 100 % électriques, qui ont été loués 7.500 fois en 2021, sont déployés sur six communes avec 300 bornes de recharge disponibles. Il suffit de se créer un compte sur l’application mobile, de scanner son permis de conduire, de sélectionner un moyen de paiement et de choisir le lieu et la date de location, à partir de 7 euros par heure. La clé se trouve dans la voiture qui est déverrouillée grâce à son smartphone. Le véhicule doit être remis à la même place où il a été pris et en charge.

« L’avantage, c’est qu’il y a une station juste en bas de chez moi, lance Joris, un usager fréquent. C’est utile car la place de parking est réservée, donc je n’ai pas besoin de tourner pendant deux heures pour me garer et rendre le véhicule. » Depuis la mise en place de ce service, ce Niçois l’a utilisé une trentaine de fois.

« Comme je n’ai pas de voiture, je loue de temps en temps pour aller dans des centres commerciaux comme Cap3000 ou Polygone Riviera. Pour faire des courses, prendre une Renault Mobility entre une ou trois heures, c’est vraiment pratique. Pour la journée, je me tourne vers un autre système de location. » Car il a constaté que « le service s’était dégradé. Au début, je trouvais que c’était vraiment bien, il n’y avait rien à dire. Mais au fur et à mesure, les véhicules étaient de plus en plus sales. Parfois, ils n’étaient même pas chargés, donc inutilisables. »

Un service pas très branché…

Un constat qu’a fait également Lisa. « Sur le site, il est bien mentionné que ''tous [les] véhicules bénéficient de mesures d’hygiènes strictes pour garantir [la] sécurité [des clients]'', c’est sur la première ligne. Pourtant, lors de mon expérience, la voiture n’était absolument pas propre à l’intérieur. Des papiers, des mouchoirs, des miettes, des traces. Un état général vraiment à désirer. Et sans parler de l’extérieur. En plus, on était en plein Covid-19. »

La Niçoise ajoute que la prise n’était pas branchée au point de charge. « Quand j’ai voulu rendre la Zoe, j’étais alors au téléphone avec le service client et on m’a dit que la carte qui permet d’accéder à la borne électrique avait dû être volée et que je devais laisser le câble sur le rétroviseur et partir. » C’est aussi ce que retient Nathalie de son utilisation occasionnelle du service : « Au début, je ne savais pas si c’était parce que j’avais mal compris, car la première fois, j’ai eu du mal à comprendre comment ça fonctionnait. Rien n’est expliqué sur l’application ».

La concurrence arrive

D’après le site, ce sont les « équipes du Renault Retail Group de Nice qui gèrent la flotte et doivent assurer le nettoyage et l’entretien des véhicules pour garantir un service de qualité ». Contacté par 20 Minutes, le service Mobilize a assuré qu’un « lavage complet, extérieur et intérieur » était effectué « tous les quinze jours ». « Effectivement, ce sont nos équipes qui doivent assurer la propreté des voitures. Mais on fait également confiance aux usagers de cette option d’autopartage pour le respect des règles d’hygiène et des autres », ajoute le groupe.

En ce qui concerne la recharge, « les bornes de charges ont évolué à Nice, ce qui a empêché le bon fonctionnement du service ». Des vols de câbles ont été constatés, affirme le groupe, ce qui a entraîné une suspension d’une partie du parc. « A cause de ces événements, la personne qui gérait l’entretien devait prendre 60 % de son temps seulement pour recharger les véhicules », précise Mobilize. Les équipes ont alors changé les mesures de nettoyage, qui se font maintenant « sur place et à sec ». « En parallèle, on a développé une procédure de sécurisation des câbles pour pallier ce problème, qui n’est pas tout à fait réglé », détaille le service.

Jusqu’à présent seules sur le territoire, les voitures électriques de Renault vont devoir faire de la place à un concurrent. Arrivé en juin 2021, Getaround propose des Peugeot e-208, disponibles au niveau des gares. La métropole niçoise précise : « Tout opérateur d’autopartage peut déposer un dossier devant répondre aux critères du cahier des charges (le service doit notamment ne proposer que des voitures 100 % électriques) pour être labellisé, en complémentarité avec les offres déjà existantes et le schéma des transports » de la collectivité.