Alpes-Maritimes : Après le creux de la crise, les offres d’emploi de retour à leur niveau de 2019

EMBAUCHES Alors que la sortie de crise semble se confirmer, certains secteurs d’activité sont particulièrement dynamiques sur la Côte d'Azur

Fabien Binacchi
— 
Des femmes consultent un panneau d'offres d'emploi dans une agence Pôle emploi (Illustration)
Des femmes consultent un panneau d'offres d'emploi dans une agence Pôle emploi (Illustration) — Philippe Huguen AFP
  • La semaine dernière, 6.800 annonces étaient répertoriées par Pôle emploi pour les Alpes-Maritimes.
  • En 2019, à la même époque, on en comptait 6.700.
  • L’hôtellerie-restauration, la logistique et la santé sont des secteurs d’activité particulièrement dynamiques dans le département.

Au final, plus de peur que de mal ? Dans les rangs azuréens de Pôle emploi, où on a pu craindre que le Covid-19 ne freine durablement certains secteurs, la tendance est finalement « positive » alors que la crise semble s’éloigner.

« Le volume des offres d’emploi a retrouvé son niveau de 2019 durant l’été et reste désormais stable », précise Fabien Paravisini, chargé de mission Expertises d’avenir au sein de l’établissement public. La semaine dernière, 6.800 annonces étaient répertoriées pour les Alpes-Maritimes. En 2019, à la même époque, on en comptait 6.700. Certains domaines d’activité sont même particulièrement dynamiques.

L’hôtellerie-restauration toujours en tête

Il cristallisait les craintes. Le principal pourvoyeur d’offres d’emploi dans le département semble finalement avoir bien résisté. Le nombre d’annonces est même en hausse de 7 % par rapport à 2019. « Nous avons actuellement 300 offres en cuisine et 250 en service, juste pour le 06 », précise Fabien Paravisini. 

Sur certains postes qualifiés, la tension est un peu plus forte, certains profils ayant décidé de se réorienter pendant les confinements. Pôle emploi fait d’ailleurs savoir qu’elle propose 3.000 formations, rien que d’ici à la fin de cette année, dans les Alpes-Maritimes.

La logistique au top, le commerce en berne

C’est l’un des rares secteurs à ne pas avoir retrouvé son niveau d’avant crise. A part sur certains métiers (coiffure, boulangerie-pâtisserie, boucherie, etc.), « le commerce est sur une dynamique de recrutement inférieure » même s’il est toujours en deuxième position, devant les services à la personne et la construction, confirme Fabien Paravisini. Alors que, parallèlement, 300 postes sont à pourvoir dans la logistique.

« C’est 15 % de plus qu’en 2019, ce qui pourrait s’expliquer par un transfert vers l’e-commerce », analyse aussi le responsable. L’implantation d’Amazon, à Carros, et bientôt d’Ikea, à Nice, n’y est pas pour rien. Le géant suédois a commencé ses embauches avec « beaucoup de postes de magasiniers et de préparateurs de commandes ».

Les besoins précis de l’industrie

La semaine dernière, un job dating avec, à la clé, 200 embauches, a été organisé au salon Industria. Le secteur a effectivement des « besoins assez précis », explique Fabien Paravisini.

Sur le bassin grassois, avec les parfums, mais aussi du côté de Carros ou La Trinité, on recherche des techniciens de laboratoires, ingénieurs, conducteurs de ligne et opérateurs de conditionnement.

Le chômage en recul aussi, proche de son niveau de 2019

La part des demandeurs d’emploi dans la population active des Alpes-Maritimes était de 9 % au deuxième trimestre, selon Pôle emploi. C’est un peu mieux qu’à l’échelle de la région Paca (9,1 %), mais beaucoup moins bien que pour la moyenne en France (7, 8 %). Dans le département, la situation est presque revenue au niveau de 2019 (8,8 %).

Sur la Côte d’Azur, le taux de chômage avait franchement baissé jusqu’à atteindre 8,1 % au premier trimestre 2020 avant de grimper jusqu’à 10,2 % à la sortie du premier confinement.