Cannes : La cité des festivals inaugure son campus pour apprentis scénaristes (et pas que)

FORMATION A la Bocca, à l'ouest de Cannes (Alpes-Maritimes), le nouveau bâtiment du campus Georges-Mélies est officiellement fonctionnel quatorze ans après le lancement du projet

Fabien Binacchi
— 
Un des amphis du nouveau campus Georges-Mélies
Un des amphis du nouveau campus Georges-Mélies — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Imaginé dès 2007, puis reparti de zéro en 2014 pour une ouverture initialement prévue en 2018, le projet d’une université  cannoise aura pris son temps. Sans compter que le chantier a également été retardé, puis compliqué par la pandémie de Covid-19.

Quatorze ans après, donc, le campus Georges-Mélies a finalement été inauguré ce lundi « en hommage au grand génie du cinéma ». Le site propose majoritairement des formations « dédiées aux métiers de l’écriture et de l’image », pour d’aspirants scénaristes. Au total, 35 cursus du DUT au doctorat (bac + 8) y sont dispensés à l’ouest de la ville. Avec 1.010 étudiants inscrits pour cette toute première rentrée.

« Ce site est celui de la formation des créateurs de demain, de l’accompagnement de porteurs de projets et de l’émergence de nouveaux contenus », a vanté le maire LR de Cannes David Lisnard.

Etudiants et entreprises dans le même bâtiment

Avec une plongée directe dans le monde du travail. Dans l’imposant bâtiment de 8.145 m², 4.445 m² sont consacrés au campus. Le reste revient à une cité des entreprises qui « héberge d’ores et déjà treize sociétés dans le domaine de l’audiovisuel », pour faciliter une certaine « fertilisation croisée », précise la ville de Cannes.

Un plateau de tournage
Un plateau de tournage - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

En en plus des amphis classiques, l’université cannoise ouvre à ses étudiants « des locaux pour toute la chaîne de production audiovisuelle », avance la mairie. Avec quatre studios d’enregistrement, un plateau équipé d’une régie mutualisée, un plateau de tournage, neuf salles de montage, un studio radio, un cinéclub et un bureau de régisseurs.

Un studio radio
Un studio radio - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

L’École universitaire de recherches Creates (pour Création, transition, émergences) de l’université de la Côte d’Azur propose notamment un doctorat « Nouvelles écritures créatives » ou encore des Masters mention « Arts », en « écritures créatives, scénarios et narration » et en « sound design et musique à l’écran ». « Il y aura énormément de pratique et d’intervenants extérieurs, détaille Jean François Trubert, le directeur de Creates. Nous aurons notamment la visite des compositeurs du film Les Gardiens de la galaxie et nous avons un partenariat avec Dolby. » Le partenariat un temps évoqué avec l’Université de Californie à Los Angeles, la célèbre UCLA, ne s’est en revanche pas fait.

Journalisme, jeux vidéo, TikTok et danse

Le campus cannois a vocation à ratisser plus large. Il accueille également un Master « communication et langage politique » et une formation inédite en collaboration avec le réseau social Tiktok. L’École supérieure de réalisation audiovisuelle (ESRA) de Nice s’installe aussi dans le bâtiment, qui voit aussi « basculer tous ceux qui était déjà à Cannes », explique Jean Christophe Boisse, le directeur de l’IUT Côte d’Azur. Et cela en fait du monde. La majorité même, des 1.010 étudiants accueillis, soit environ 600.

Les formations en journalisme et en communication, mais aussi en commerce et en tourisme qui étaient localisées, rue de Cannes, à quelques kilomètres de là, sont également intégrées au nouveau bâtiment. Comme celles liées aux jeux vidéo. Même l’École supérieure de danse de Cannes Rosella Hightower va y proposer un diplôme de professeur de danse sur deux ans.

En plus d’une bibliothèque et d’un restaurant universitaire, une nouvelle résidence étudiante est en cours de construction à proximité directe. Cet établissement, géré par le Crous et dotée de 172 logements, devrait être livré en août 2022, pour la rentrée prochaine, promet la ville. Un chantier supplémentaire à 13,1 millions d’euros qui s’ajoute à l’enveloppe de 32,25 millions déjà utilisée pour le campus.