Paca : Pour la ligne TER Nice-Marseille, la région choisit un autre opérateur que la SNCF

TRANSPORT Trois candidats dont l’entreprise publique étaient en lice dans le cadre d’une ouverture à la concurrence

Fabien Binacchi
— 
Un TER de la région Paca, en gare de Nice (Illustration)
Un TER de la région Paca, en gare de Nice (Illustration) — SYSPEO/SIPA

La décision doit encore être validée par les élus du conseil régional en octobre. Mais pour l’exécutif de Paca, et son président Renaud Muselier, le choix est arrêté : la SNCF n’exploitera plus seule les TER dans l’extrême Sud-Est. Sur la ligne Nice- Marseille, soit 10 % de l’offre locale, c’est le groupe Transdev qui devrait être à la manœuvre.

Sur ce premier des deux lots qui étaient proposés dans le cadre d’une ouverture à la concurrence, première en France pour un marché estimé au total à 2,4 milliards d’euros, trois candidats étaient en lice. Et parmi les offres de « la SNCF, Transdev et Thello », c’est celle de Transdev qui « sera proposée au vote des élus en octobre prochain », a ainsi annoncé la région ce mardi.

Un trafic doublé dès 2025 pour « un prix équivalent »

Avec des objectifs chiffrés. « Grâce à cette offre, dès 2025, le trafic sera doublé pour un prix équivalent ! Nous passerons de 7 allers-retours quotidiens à 14 allers-retours quotidiens », précise la collectivité.

Pour le second lot, celui des lignes « Azur », regroupant les axes « Les Arcs/Draguignan-Vintimille », « Nice-Tende » et « Cannes-Grasse » (soit 23 % de l’offre régionale) seule la SNCF s’était portée candidate à sa propre succession. Mais là aussi, avec un nouveau cahier des charges étoffé et que la région compte bien faire respecter : « Dès 2025, l’offre de train sera augmentée de 75 % avec une cadence au quart d’heure des trains sur le littoral. Nous passerons de 69 allers-retours quotidiens à 120 ».