Côte d’Azur : « Bilan positif », « meilleur qu’en 2020 », le tourisme a finalement bien tourné cet été

CRISE SANITAIRE Malgré le Covid-19, et grâce à la clientèle française, les hébergements ont été largement remplis à Nice et à Cannes cet été

Fabien Binacchi
— 
Cet été, la clientèle, surtout française, a été au rendez-vous à Nice
Cet été, la clientèle, surtout française, a été au rendez-vous à Nice — SYSPEO/SIPA
  • Selon Christian Estrosi, « les résultats ont été finalement meilleurs que les prévisions initiales » pour le tourisme azuréen cet été.
  • À nouveau, comme en 2020, crise sanitaire oblige, la part des voyageurs français a été largement dominante, notamment à Nice (52 %).

Le tourisme azuréen a sauvé les meubles cet été, encore une fois grâce à la clientèle française. Malgré le contexte sanitaire lié à la pandémie de Covid-19, « les résultats ont été finalement meilleurs que les prévisions initiales », a relevé ce lundi  Christian Estrosi, dressant un « bilan positif ».

En août, les hôtels de Nice ont même fait (légèrement) mieux qu’en 2019, alors que le Covid-19 n’avait pas encore chamboulé la planète. « Le taux d’occupation moyen a été de 91,1 %, soit 1 % au-dessous », a fait savoir le président de la métropole Nice Côte d’Azur.

Les prix ont pu réaugmenter après les promos de 2020

A l’échelle de toute la Côte d’Azur, l’occupation hôtelière dans la zone urbaine a même atteint les 92 % sur les trois premières semaines d’août, avec un pic de fréquentation record sur le week-end du 6 au 8 août (96 % de remplissage), selon le Comité régional du tourisme local. Et les professionnels ont pu revoir leurs prix à la hausse après une saison 2020 marquée par de nombreuses promotions. Le revenu par chambre disponible a augmenté de 29 % par rapport à l’an dernier, restant toutefois en retrait de -3 % par rapport à la même période en août 2019.

Pour juillet, l’élu note un taux de remplissage de 68 %, « avec des pointes à 85 voire 90 % dans les dix derniers jours, quand les conditions sanitaires étaient plus favorables ». Et avec, à nouveau, une part de voyageurs français largement dominante (52 %).

Les visiteurs en provenance du Royaume-Uni et de l’Asie ont manqué à l’appel. Ceux de Russie ont été de leur côté beaucoup moins nombreux. Mais « des marchés limitrophes à nouveau mobiles ont refait leur apparition », a précisé Christian Estrosi. Notamment la Belgique, les Pays Bas, l’Allemagne, l’Italie, la Scandinavie, ou encore la Suisse.

A Cannes, le festival a dopé la saison

L’aéroport de Nice – dont le terminal 1 a rouvert pour l’été avant de se mettre à nouveau en sommeil dès le 12 septembre – a vu revenir une clientèle notamment américaine. « Même si leur niveau de fréquentation reste très inférieur à 2019 », selon le maire.

Cannes, dont le festival du film organisé pour la première fois en juillet cette année, a pu également en profiter. Jean-Michel Arnaud, le président du Palais des festivals, qui gère la promotion touristique de la destination, a enregistré une « saison bien meilleure » qu’en 2020. « Avec une fréquentation en hausse de 10 % en août ». « Le festival a drainé beaucoup de monde au début de l’été et l’arrière-saison se présente bien également », explique-t-il.