Côte d’Azur : La saison estivale est-elle (enfin) lancée ?

TOURISME Entre le Festival de Cannes et le premier gros week-end de départs la semaine dernière, les « touristes sont bien là », s’exclame un commerçant de Nice

Elise Martin
— 
Une plage à Nice durant l'été 2020 (Illustration)
Une plage à Nice durant l'été 2020 (Illustration) — SYSPEO/SIPA
  • Après une année compliquée, les professionnels du secteur touristique portent beaucoup d’espoirs sur cette saison estivale.
  • Pour certains, elle est lancée, pour d’autres, elle risque d’être perturbée par les annonces d’Emmanuel Macron faites lundi soir sur le pass sanitaire.
  • Une chose est sûre, tous s’adapteront, comme ils le font « depuis dix-huit mois ».

« On voit des valises dans les rues, des bouées sur les plages et beaucoup de personnes qui achètent des glaces », commente Christophe Bremard, président de l’association des commerçants de Nice centre rive droite. « Pas de doute, les touristes sont bien arrivés », ajoute-t-il.

Avec le début du Festival de Cannes et le premier gros week-end de départ en vacances la semaine dernière, la saison estivale sur la Côte d’Azur est lancée. Le président de l’association des commerçants s’exclame : « Il y a le soleil, il y a la mer, et pour l’instant, il y a du monde ». Même les annonces d’Emmanuel Macron lundi soir n’entachent pas son positivisme. « Depuis dix-huit mois, on anticipe, on s’adapte, donc on peut le faire encore une fois. On a développé une vraie faculté de résilience. »

Les hôteliers pensent déjà à octobre et ses congrès

Christine Welter, présidente du syndicat des hôteliers à Cannes et du bassin cannois, approuve mais nuance. « Nous sommes déjà en train de voir avec la ville pour proroger le dispositif sanitaire du Festival et ne pas freiner les réservations du mois d’août. Mais le délai est court, les décisions du gouvernement vont influencer les comportements du marché européen ». Elle croit néanmoins en l’efficacité « du protocole strict qui a permis la tenue du premier événement international de cette envergure ».

« Depuis dix jours, on a un coup de projecteur sur Cannes mais aussi sur la possibilité de vivre des choses avec des règles sanitaires. On n’est pas obligé de tout arrêter », affirme Christine Welter. Résultats, « on a une montée en charge des réservations en ce moment, c’est quatre points d’avance par rapport à l’année dernière pour le mois d’août ». Mais pour la présidente du syndicat des hôteliers, « il faut ne pas faire le sprint de l’année dernière. Le but est d’au moins faire les congrès d’octobre. Il faut tenir ».

Un été 2021 comme celui de 2019 ?

Pour le Niçois, cette saison peut être semblable à celle de 2020. « Si ça continue comme c’est lancé depuis quinze jours, on peut espérer qu’elle soit aussi bonne ». Un constat que partage Albert Scatena du restaurant L’Evasion à Saint-Laurent-du-Var. « De notre côté, on est parti pour vivre une période estivale similaire à 2019. La différence avec 2020, qui était moyenne pour nous, c’est qu’il y a beaucoup de touristes prêts à dépenser ».

Christophe Bremard confirme : « On voit que les gens ont pris des vacances plus longues et qu’ils ont plus de pouvoir d’achat que les années précédentes. C’est plutôt encourageant ». Pour lui, « il y a un retour à la vie. Le centre de Nice reste le centre de Nice, très dynamique. Mais on sent un enthousiasme particulier en ce moment. » Il ajoute : « Tout est là pour que ça fonctionne. Donc, on espère que la fête ne se termine pas à cause d’éléments perturbateurs… ».