Nice : Le tram 4 jusqu’à Saint-Laurent-du-Var et Cagnes-sur-Mer dans les grandes lignes

TRANSPORTS Cette nouvelle ligne de transport en commun est prévue pour 2026. Son coût est estimé à près de 250 millions d’euros

Fabien Binacchi
— 
Sur la route des Vespins, à Saint-Laurent-du-Var, où des expropriations sont prévues
Sur la route des Vespins, à Saint-Laurent-du-Var, où des expropriations sont prévues — NCA
  • Une nouvelle ligne de tramway doit desservir Saint-Laurent-du-Var et Cagnes-sur-Mer au départ de Nice, sur 7,1 km de tracé.
  • Avant le chantier qui doit démarrer en 2023, la métropole va mener « des études complémentaires visant à réduire l’impact du projet sur les riverains du secteur des Vespins » à Saint-Laurent-du-Var.

Trois arrêts pour la commune de Saint-Laurent-du-Var. Huit à Cagnes-sur-Mer. Pour compenser la desserte que certains jugeaient « déséquilibrée » entre les deux communes traversées par la future ligne 4 du tramway, au départ de Nice, la métropole a déjà répondu par la voie des airs. Mi-2025, un téléphérique - extension de l’actuelle ligne 2 - devrait enjamber le Var depuis le Cadam.

Parallèlement, la collectivité poursuit les études pour affiner encore son parcours sur les rails qui n’a récolté qu’une faible majorité (54 %) d’avis positifs lors de la concertation publique. 20 Minutes fait le point sur ce projet à près de 250 millions d’euros.

Où en est le tracé ?

Il ne fait donc pas encore l’unanimité. Passé de 6,2 km et quinze stations, lors de sa présentation officielle en 2019, à seulement treize arrêts pour 7,1 km de voie désormais, le « tracé préférentiel » de la métropole va faire l’objet de nouvelles expertises jusqu’à la fin de l’année, informe la collectivité. A date, il emprunte majoritairement la RM 6007 jusqu’au carrefour Kennedy, à Cagnes-sur-Mer. Direction ensuite le nord de la commune via le boulevard Maréchal-Juin. Au passage, il desservira notamment Cap 3000 et l’hippodrome avec un tramway toutes les huit minutes et un temps de parcours total de vingt minutes.

Quels ajustements ?

C’est plutôt sur la première partie du tracé, au niveau de l’ex-RN7 à Saint-Laurent-du-Var, où des expropriations vont devoir être décidées, que certains ont exprimé leur désapprobation. La métropole s’est engagée à mener « des études complémentaires visant à réduire l’impact du projet sur les riverains du secteur des Vespins ». La collectivité promet également de poursuivre le travail pour développer le long du tracé « des pistes cyclables attractives et sécurisées, ainsi que [trois] parking-relais pratiques et facilitant le report modal ».

C’est pour quand ?

Le groupe Egis, déjà en charge des travaux des lignes 2 et 3, à Nice, a été désigné comme maître d’œuvre pour ce nouveau chantier que la métropole veut échelonner entre 2023 et 2025. Egis promet de mener un « projet qui fera la part belle à l’écoconception » avec une mise en service que la collectivité prévoit « début 2026 ». Avant cela, les enquêtes publiques et la déclaration d’utilité publique (ouvrant la voie aux expropriations) sont prévues sur 2022.

Avec quels financements ?

Passé de 212 à 247 millions d’euros au fil des études, depuis 2019, le projet de ligne 4 devrait notamment bénéficier de financements de l’Etat. Le chantier est inscrit dans le Contrat de relance et de transition écologique signé en avril par Christian Estrosi et Jean Castex. Une enveloppe de 480 millions d’euros est notamment prévue pour les projets liés à l’extension du réseau de transports (avec le téléphérique et la ligne 5 vers l’Ariane).