Nice : Après un lancement plus que compliqué, la Gare du Sud repart « de zéro »

FOOD HALLS Fermée depuis de longs mois, la halle gourmande revient plus festive dès ce vendredi, promet son nouvel opérateur

Fabien Binacchi

— 

Le président d'Enchanté, le nouvel opérateur de la Gare du Sud, Frédéric Lambert (à d.) avec Emmanuel Ricci, le directeur du site
Le président d'Enchanté, le nouvel opérateur de la Gare du Sud, Frédéric Lambert (à d.) avec Emmanuel Ricci, le directeur du site — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Très attendue lors de son inauguration en mai 2019, la halle gourmande de la Gare du Sud, à Nice, avait déçu.
  • Urban renaissance, l’opérateur choisi par la ville pour quarante-cinq ans reste maître des lieux mais a décidé de faire appel à l’expertise d’Enchanté, qui exploite déjà plusieurs lieux festifs à Paris.

Dans la halle de l’ancienne halte ferroviaire, les petits travaux se poursuivaient ce jeudi, avant un premier service test. Les changements ne sont pas encore impressionnants. Sous la verrière de cette Gare du Sud que 20 Minutes a pu redécouvrir après des mois de fermeture, les kiosques positionnés au centre ont simplement disparu.

« Il y en avait trop et pas assez de places assises. On est reparti de zéro », promet pourtant Frédéric Lambert, président de la société Enchanté. Dès ce vendredi soir, ce spécialiste des « food halls » va tenter de faire redécoller celui de Nice.

« Le projet n’était pas à la hauteur »

Très attendu lors de son inauguration en mai 2019, le spot niçois avait déçu. Son ambiance étouffante selon certains clients, ses loyers jugés exorbitants par des restaurateurs qui avaient même fait grève… « Le projet n’était pas à la hauteur, et tout le monde en est bien conscient », lâche Frédéric Lambert.

Sûr d’avoir réglé les principaux problèmes, il explique : « On a ajouté de nouveaux brasseurs d’air, un nouveau système de commande et de paiement en ligne et il n’y aura pas de loyer fixe. Tout sera indexé sur les chiffres d’affaires ».

« Mais les choses vont se faire en douceur, prévient-il aussi. On arrive avec une nouvelle équipe de 40 personnes. On va se laisser le temps de se roder pour offrir le meilleur, en essayant de se rapprocher au maximum des désirs des riverains. » Après une première semaine à tâtons donc, Enchanté donnera « un avant-goût de ses talents d’animateur aux Niçois » tout l’été. A l’automne, la Gare du Sud refermera pour de vrais travaux « qui permettront à cette place-to-be de révéler tout son potentiel en 2022 ».

Le nombre de places doublé à l’intérieur et à l’extérieur

Urban renaissance, l’opérateur choisi par la ville pour quarante-cinq ans reste maître des lieux mais a décidé de faire appel à l’expertise de ce partenaire, qui exploite déjà plusieurs lieux festifs à Paris.

Festif, ce sera justement le credo foisonnant de cette Gare du Sud 2.0, dont l’offre évolue. « Il y avait 25 kiosques pour 400 places assises en intérieur. On divise par deux les premiers pour multiplier d’autant les secondes. » Pareil pour les terrasses, avec 800 places, soit 400 de plus.

Un mobilier très coloré et uniformisé va être utilisé sur les terrasses
Un mobilier très coloré et uniformisé va être utilisé sur les terrasses - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

« On va mettre en place des blind tests, des DJ sets, des marchés aux vinyles et même des tournois de pétanque et des activités pour les enfants, détaille le responsable. Le 14 juillet, nous organiserons un grand bal populaire que nous aimerions refaire régulièrement. »

Une salle pour danser dès le mois de juillet

Le patron a aussi révélé à 20 Minutes que l’ancienne friperie Kiloshop, sur la mezzanine, va être transformée. Enchanté veut y ouvrir, dès juillet, Le Frigo. A terme surmonté d’un écran géant (pour des soirées foot par exemple), cet espace « climatisé et hybride » pourra accueillir jusqu’à 250 personnes, « aussi bien pour des cours de yoga que des talks, mais surtout pour des soirées musicales, jusqu’à 2 h du matin ».

L'ancienne friperie Kilo shop va devenir un bar
L'ancienne friperie Kilo shop va devenir un bar - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

En attendant, les premiers restaurateurs s’installent. Certaines enseignes d’origine ont été décrochées, d’autres sont toujours là. En attente. Elles sont « en négociation avec Urban renaissance » pour voir si elles adhèrent au nouveau concept ou pas. Les Burgers de papa seront de retour. Parmi les petits nouveaux, les grillades argentines d’Assado club et les plats végans de Not Dog seront aussi disponibles vendredi.

Charlotte et Camille Clément, les deux sœurs à la tête de ce dernier restaurant ouvert avenue Jean-Jaurès, ont signé pour quatre mois, au moins. « Nous nous étions renseignées lors de l’ouverture mais les loyers nous avaient refroidies. La, le fait qu’ils soient variables, c’est une super opprtunité. Ce côté festif colle bien à notre concept et on est ravie d’y participer. »