Nice : En balade avec le No diet club ou comment découvrir la ville pour en avoir « un autre goût »

GASTRONOMIE Au total, pendant plus de trois heures, les participants s’arrêtent dans sept endroits différents

Elise Martin

— 

Le pan-bagnat, spécialité niçoise à découvrir en balade gastronomique pour mieux connaître la ville
Le pan-bagnat, spécialité niçoise à découvrir en balade gastronomique pour mieux connaître la ville — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • Il existe beaucoup de spécialités niçoises culinaires. De cette façon, des food tour se sont développés pour faire découvrir la ville à travers la nourriture.
  • La socca, la pissaladière ou encore le pan-bagnat sont inévitables mais la recette d’une balade réussie mêle aussi à la nourriture, « l’expérience humaine et toute la culture ».
  • Pour 55 euros par personne, le No Diet Club propose un tour avec un guide local avec sept endroits différents, et ce ne sont pas que des restaurants.

« A chaque fois qu’une personne voyage, la première chose qu’elle demande, c’est ce qu’il y a de bon pour manger, raconte Candice venue de New York aux Etats-Unis pour visiter Nice. Chaque ville devrait avoir un tour de ce type, c’est mieux qu’une recherche sur Internet ».

L’avocate, qui a l’habitude de voyager, parle du No Diet Club, un food tour mis en place à Nice depuis trois ans et qui vient de relancer sa saison. Au menu, un guide local amène le groupe, de huit personnes maximum, à sept endroits différents, qui proposent des options végétariennes, pour découvrir la ville. « C’est la meilleure façon de connaître un lieu », assure Manon, de La Haye aux Pays Bas qui vient sur la Côte d’Azur depuis vingt ans.

Les ingrédients d’un food tour réussi

Le petit ingrédient qui change tout pour une recette qui fonctionne : le guide. César est né à Nice, il y a grandi et y a fait la plupart de sa vie. « On a l’impression d’être un groupe d’amis qui explorent une ville, commente la Néerlandaise. On ne se sent pas comme une touriste ». Son amie Anna ajoute : « On ne s’attendait pas à ça, c’est plus que simplement passer de restaurant en restaurant ».

Fablio Donato, dans sa boutique, en train d'expliquer ce qu'est la truffe blanche à Manon et Candice, en pleine balade gastronomique de Nice
Fablio Donato, dans sa boutique, en train d'expliquer ce qu'est la truffe blanche à Manon et Candice, en pleine balade gastronomique de Nice - E. Martin / ANP / 20 Minutes

En effet, le guide les fait se balader par les endroits immanquables, la place Garibaldi, le Vieux Nice, la promenade des Anglais, tout en faisant des points historiques et anecdotiques en fonction de son vécu et de ses connaissances. Il n’y a donc pas que de la nourriture dans ce food tour.

« Inévitablement, les participants mangeront de la pissaladière, du pan-bagnat et du farci niçois tout en sachant pourquoi c’est une spécialité d’ici, détaille César. Mais on ajoute une petite touche quand on va visiter la cuisine et voir le four où est faite la socca, ou quand on s’arrête chez Oli Donato pour en apprendre davantage sur la fabrication de l’huile d’olive ou la truffe blanche ».

Pour les touristes mais pas seulement

Candice, Manon et Anna sont ravies. « Ça donne un autre goût à la ville qu’on connaît depuis des années », s’exclame cette dernière. Pour choisir les endroits, c’est une collaboration entre les créateurs, dont un est Niçois, et les guides. « On a le prisme de la qualité. Ensuite, c’est un équilibre entre le local et la découverte des meilleurs restaurants, même s’ils ne font pas de spécialités niçoises ». Ainsi, Anna a dégusté le « meilleur burger de sa vie » chez Bubu.

L’Azuréen complète : « J’ai commencé l’année dernière. C’est un ami qui le faisait et j’ai voulu saisir l’opportunité parce que j’avais toujours rêvé de faire ça, guide touristique pour faire découvrir ma ville. C’est un vrai moment de partages, de rencontres et d’échanges. C’est une expérience humaine plus qu’un travail. Et même si la plupart sont des touristes, étrangers ou français, il arrive que des locaux se prêtent au jeu. Quand j’en parle autour de moi, tout le monde a envie de tester ! »

La balade gastronomique dure trois heures et demie pour 55 euros par personne, mais c’est surtout « beaucoup de nourriture, de culture et de rires », conclut Manon.