Nice : Comment le TNN, qui va être démoli pour faire pousser la coulée verte, va déménager dans d'autres murs ?

TRAVAUX Avec la relocalisation du Théâtre national de Nice place Saint-François et sa configuration particulière, « le public pourra être au même niveau que le spectacle »

Elise Martin

— 

L'actuel Théâtre national de Nice (Illustration)
L'actuel Théâtre national de Nice (Illustration) — A. SELVI / ANP
  • Le Théâtre national de Nice, inauguré en 1989, va être détruit pour prolonger la coulée verte.
  • Ses deux salles seront dispersées dans d’autres lieux culturels de Nice. Notamment la petite salle qui prendra place dans l’ancienne église des Franciscains qui date du XIIIe siècle.
  • La capacité de la grande salle sera retrouvée dans le prochain palais des expositions dont les travaux finiront fin 2024, début 2025.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, l’avait annoncé lors de son premier meeting pour les municipales en janvier 2020 dans l’idée de prolonger la promenade du Paillon, « le TNN [Théâtre national de Nice], qui exige d’énormes et coûteux travaux de mise aux normes, sera relocalisé [dans l’ancienne église des] Franciscains ». Un an et demi plus tard, où en est ce projet et quel sera l’avenir des deux salles de ce  théâtre qui permettaient d’accueillir plus de 1.280 spectateurs ?

Place Saint-François, les travaux devraient être terminés d’ici janvier 2022. Trois bâtiments historiques hébergeront une partie du nouveau TNN. « Dans l’église des Franciscains, ce sera la salle de spectacle, indique Antoine Madelénat, architecte en chef des monuments historiques, sur le chantier. Le couvent, l’ex-hôtel Aigle d’or, servira de foyer pour le public. Ce sera un lieu d’accueil, de convivialité et de restauration partagé avec l’entrée des artistes. Dans les étages seront installés les bureaux des équipes administratives du théâtre ».

La future petite salle du Théâtre national de Nice
La future petite salle du Théâtre national de Nice - E. Martin / ANP / 20 Minutes

« Une offre qui n’existe pas encore à Nice »

Avec cette configuration, c’est l’actuelle salle Michel-Simon, de 318 places, qui sera remplacée dans l’église avec 400 sièges en fonction de la mise en place des gradins assure la directrice, Muriel Mayette-Holtz. « Artistiquement, ce qui est formidable dans ce projet, c’est que le public partagera le même sol que la représentation. Ça donnera une proximité qu’on n’a pas encore à Nice, mais qui est fondamentale dans la création contemporaine ».

Elle ajoute : « On aura moins recours à des scénographies parce qu’on l’aura déjà avec le lieu, qui est lui-même chargé d’histoires. On va alors travailler sur les textes, les acteurs, la musique, la danse, et surtout, cette proximité avec les spectateurs. C’est une chance parce qu’on pourra avoir des gradins en bi frontale, frontale ou même tri frontale. Ça nous permet d’être plus mobiles dans nos représentations et dans les styles de spectacles qu’on veut donner. Et de l’autre côté, le public se sent plus concerné, il est au même niveau, il peut se considérer dans le spectacle. C’est alors plus accessible. »

Un des futurs bureaux de l'équipe administrative du théâtre, dans l'église des Franciscains de Nice, place Saint-François
Un des futurs bureaux de l'équipe administrative du théâtre, dans l'église des Franciscains de Nice, place Saint-François - E. Martin / ANP / 20 Minutes

Construit au XIIIe siècle, le bâtiment qui va abriter ce nouveau lieu culturel est aussi le seul de cette époque intact à Nice, comme l’a précisé le maire de la ville. Ainsi, pour l’architecte en chef qui présente les travaux en cours, « l’architecture devient presque un décor de théâtre ». « On considère que ce qu’on fait aujourd’hui, la fouille archéologique, fait aussi partie de l’histoire du lieu. Donc, on ne détruit pas, on ne restitue pas, mais on conserve l’état archéologique et ses traces dans lequel il nous est parvenu. Puis, on va redessiner et suggérer. Il n’y a que les façades qu’on va restaurer, pour redonner à voir aux visiteurs dans la ville ».

Une structure provisoire pour la grande salle

Et la salle Pierre-Brasseur et ses 963 places alors ? « Fin 2024, début 2025, dans le nouveau palais des expositions, il y aura un côté salle de concert et un autre côté TNN avec la même grande salle, avec le même volume et la même capacité que l’actuelle », affirme Christian Estrosi.

En attendant, la mairie a fait l’acquisition d’une « structure provisoire d’une grande qualité, déjà opérationnelle en Suisse pour le même usage » et qui « permet d’offrir des spectacles de 800 à 1.000 places ». Ainsi, le maire confirme qu’il n’y aura « aucune interruption pour ces représentations ». « Il pourra y avoir un jeu avec l’Opéra sur certaines programmations », souligne-t-il. Le lieu d’implantation « le plus approprié » est encore en cours de réflexion et sera communiqué « dans quelques jours », indique l’élu.