EnjoyPhœnix choisit un parfum 100 % made in Sud de la France, « éthique et vegan »

FRAGRANCES Le Parfum citoyen a été choisi pour le premier parfum lancé par EnjoyPhœnix. L’entreprise niçoise d’Adrien Gautier compte sur l’aura de l’influenceuse pour grandir

Fabien Binacchi

— 

Adrien Gautier et Enjoy Phœnix ont co-créé Lùa, le premier parfum de l’influenceuse
Adrien Gautier et Enjoy Phœnix ont co-créé Lùa, le premier parfum de l’influenceuse — Le Parfum citoyen
  • La jeune société niçoise Le Parfum citoyen s’est offert un « vrai coup de projecteur » en créant le premier parfum d’EnjoyPhœnix.
  • L’influenceuse a partagé la nouvelle avec ses 11 millions d’abonnés permettant à l’entreprise une ouverture éclair sur le marché national.

Il lui aura fallu « des mois de négociation » et « un travail de longue haleine ». Mais, au final, c’est un « vrai coup de projecteur » qu’Adrien Gautier s’est offert en collaborant avec l’influenceuse-star de France. Car au final, c’est bien Le Parfum citoyen, la jeune société de ce Niçois de 33 ans, qu’ EnjoyPhœnix a choisi pour sortir « Lùa », sa première fragrance mêlant entre autres agrumes, freesia, jasmin, rose et ylang ylang. Et surtout pour en faire la promotion auprès de ses 11 millions d’abonnés, toutes plateformes confondues.

Une ouverture éclair sur le marché national. « La page instagram de la marque est passée de 1.000 à 8.000 abonnés en très peu de temps », raconte Adrien Gautier, qui défend « la défense des savoir-faire français, la consommation éthique et la démarche écoresponsable ».

100 % made in Sud de la France

C’est justement ce qui aurait séduit Marie Lopez (le vrai nom d’EnjoyPhœnix), « hyper heureuse d’avoir fait un parfum durable, avec une formulation clean, éthique, vegan et made in France », comme elle l’a confié à ces (très) très nombreux followers.

En lançant Le Parfum français il y a quatre ans, avec dix formules différentes, Adrien Gautier avait ainsi pris le parti de miser sur des produits 100 % fabriqués dans le Sud-Est, « ce qui est assez rare et même unique malgré la proximité de Grasse et la présence de nombreuses entreprises de cette industrie », dit-il.

La collection de parfums de la marque niçois, déclinée en fonction de cinq personnalités pour les femmes et cinq autres pour les hommes
La collection de parfums de la marque niçois, déclinée en fonction de cinq personnalités pour les femmes et cinq autres pour les hommes - Le Parfum citoyen

« Certains préfèrent faire produire leurs emballages en Espagne ou même en Chine pour réduire les coûts mais au détriment de l’environnement, relève le jeune patron, seul dans son entreprise. J’ai choisi de ne faire que du local. Et tout est tracé sur notre site Internet. »

Une vente limitée… avant de devenir pérenne ?

Les « jus » sont préparés en collaboration avec l’entreprise Charrier, à Vallauris, les flacons viennent de Nice, les emballages de la Drôme et les étiquettes sont fabriquées à Géménos, dans les Bouches-du-Rhône. « Pour le parfum d’EnjoyPhœnix et suite à sa demande, on est allé encore plus loin. Avec un packaging très minimaliste et du papier 100 % recyclé », précise encore Adrien Gautier.

Proposées en édition limitée du 5 au 14 mai et uniquement à la demande « pour éviter la surproduction », les premières bouteilles (59 euros les 50 ml) seront expédiées fin juin. Pas moyen d’en savoir plus sur le nombre d’exemplaires vendus, ni sur l’accord conclu entre Le Parfum citoyen et l’influenceuse d’ailleurs. Le secret est bien gardé.

Mais le succès serait tel que le parfum pourrait finalement être à nouveau commercialisé à la rentrée et de façon pérenne. De quoi assurer encore à l’entreprise de belles perspectives.

Un grand-père parfumeur

Natif de Cannes et habitant Nice depuis l’âge de 13 ans, Adrien Gautier est le petit-fils d’un parfumeur qui officiait à Grasse puis dans la cité des festivals. Ancien recruteur, cadre dans les ressources humaines, le trentenaire décidait de quitter finalement cette voie en 2015 pour perpétuer cette vocation dans l’univers des fragrances. L’aventure de son Parfum citoyen démarrait par une campagne de financement participatif, lui permettant d’écouler 100 flacons.