Vaccination à Nice : Dans le quartier sensible de l’Ariane, les injections sans rendez-vous connaissent « un vrai engouement »

REPORTAGE A la mi-journée ce lundi, près de 300 injections avaient été faites aux habitants du quartier niçois de l'Ariane

Elise Martin

— 

Le gymnase Sam Joubij dans le quartier de l'Ariane a été transformé en centre de vaccination le lundi 17 mai 2021
Le gymnase Sam Joubij dans le quartier de l'Ariane a été transformé en centre de vaccination le lundi 17 mai 2021 — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • Trois journées de vaccination sans rendez-vous sont prévues dans les quartiers de Nice pour inciter la population à se faire vacciner.
  • Environ 850 doses de vaccins sont prévues pour chacune de ces journées.
  • A l’Ariane, cette opération de la ville « a connu un plus grand succès que la première édition pour les 65 ans et plus ».

« C’est bon, la première étape est faite ! », lance Hanan, 41 ans. Elle vient de recevoir sa première dose de vaccin. Toute la journée, ce lundi, le gymnase Sam Joubij, à l’Ariane, dans l’Est de  Nice, était transformé en centre de vaccination pour accueillir les personnes de 18 ans et plus pour se faire vacciner sans rendez-vous. Une démarche de la municipalité pour « venir à la rencontre de ceux qui ne viennent pas à nous ».

« J’en ai profité parce que c’est à proximité de chez moi et qu’il n’y a pas besoin d’avoir de critère spécifique à part l’envie d’être vacciné, continue l’habitante de ce quartier prioritaire. En trente minutes, c’était fait. Il ne manque plus que la deuxième dose et je pourrai aller au Maroc, d’où je suis originaire. » La Niçoise n’est pas la seule à saisir cette occasion pour anticiper et partir en voyage. En milieu de journée, près de 300 personnes s’étaient déplacées pour recevoir une dose de vaccin. Comme Mustapha, 58 ans, qui était réticent en janvier et qui voulait « voir comment ça se passait avant ». « Ma femme a 52 ans et m’a dit que c’était le moment. Et puis, si le pass sanitaire devient obligatoire pour voyager, au moins maintenant, je suis tranquille ! », affirme-t-il.

« Venir à la rencontre de ceux qui ne viennent pas à nous »

Cinq tentes de vaccination, deux avec des médecins, des associations pour accompagner les personnes et les aider à remplir les fiches, « tout le personnel mobilisé n’arrête pas depuis 8h30 ce matin », lance Fatima Khaldi-Bououghroum, adjointe de territoire et conseillère départementale. Elle développe : « Le but est de venir à la rencontre de ceux qui ne viennent pas à nous, comme au centre de vaccination du palais des expositions. L’Ariane, c’est comme un village. Les gens ne sortent pas parce qu’ils vivent à l’intérieur et qu’ils y trouvent tout ce dont ils ont besoin. On leur a alors donné cette opportunité pour se protéger contre le Covid-19. »

Dans le centre de vaccination éphémère de l'Ariane à Nice, près de 300 personnes s'étaient déplacées à la mi-journée
Dans le centre de vaccination éphémère de l'Ariane à Nice, près de 300 personnes s'étaient déplacées à la mi-journée - E. Martin / ANP / 20 Minutes

Cette deuxième édition, après celle effectuée pour les 65 ans et plus, reçoit un plus grand « intérêt » et un « vrai engouement » selon l’adjointe de territoire. Pour elle, les raisons sont multiples. « Il y a eu une campagne de communication faite au plus proche des habitants depuis une semaine. Des brigades sont allées coller des affiches dans toutes les entrées d’immeubles, ont distribué des flyers dans les boîtes aux lettres. Et puis, les vacances approchent, il y a beaucoup de personnes aussi qui reprennent le travail avec la réouverture des terrasses et des commerces sans oublier le recul par rapport aux vaccins. La première question qui nous est posée concerne celui qui va leur être injecté. »

Au total, ce sont 500 doses Johnson & Johnson et 350 Pfizer qui sont prévues pour ces opérations spéciales. Ce sera « à peu près similaire » pour les deux autres journées de vaccination sans rendez-vous dans les quartiers des Moulins et de Nice Nord, mardi et jeudi. Des secteurs qui ont été choisis « en fonction des inscriptions sur la plateforme, là où il y avait le moins d’inscrits », précise la ville.