Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : Ce que proposent les élus pour un « déconfinement anticipé et progressif »

COVID-19 Ils se basent sur les données montrant une « amélioration de la situation épidémiologique » pour demander cet assouplissement plus rapide

Fabien Binacchi

— 

Un centre de vaccination à Nice
Un centre de vaccination à Nice — SYSPEO/SIPA
  • Dimanche, le nombre de cas pour 100.000 habitants dans les Alpes-Maritimes s’établissait à 174, loin derrière la moyenne nationale (314) et le seuil d’alerte établi par le gouvernement (250).
  • Les élus réclament notamment « la réouverture immédiate des commerces de proximité avec respect des mesures barrières » et demandent une réouverture des terrasses « dès le début du mois de mai ».

La rentrée dans les écoles dès ce lundi, une fin des limites de déplacements en journée le 3 mai et la réouverture progressive des commerces et lieux de culture « mi-mai » sans plus de précision. Le plan de levée des restrictions prévu par le Premier ministre ne va pas assez vite au goût des élus des Alpes-Maritimes vu « l’amélioration de la situation épidémiologique » sur le front du Covid-19. Ils réclament un « déconfinement anticipé et progressif ».

Ce que disent les chiffres

Restés plusieurs longues semaines en tête des départements les plus touchés par le coronavirus en métropole, les Alpes-Maritimes sont désormais largement dépassées. Dimanche, selon les derniers chiffres de Santé publique France, le taux d’incidence (le nombre de cas pour 100.000 habitants) s’établissait à 174, loin derrière la moyenne nationale (314) et le seuil d’alerte établi par le gouvernement (250). Le même indicateur était monté jusqu’à 642 le 24 février dans le département.

Parallèlement, la pression hospitalière est également à la baisse. Le nombre de patients soignés en réanimation a été quasiment divisé par deux en un mois, passant de 136 (un record), le 26 mars, à 71, dimanche.

Commerces, couvre-feu, terrasses... Ce que proposent les élus

Face à ces indicateurs, l’ensemble des présidents des communautés d’agglomération et de la métropole niçoise ainsi que le président du département se sont associés en fin de semaine dernière. Ils demandent « un déconfinement anticipé et progressif de notre territoire qui a été l’un des premiers à subir les mesures de confinement ».

Ils réclament entre autres « la réouverture immédiate des commerces de proximité avec respect des mesures barrières » et la « suppression du couvre-feu ». Concernant les bars, hôtels et restaurants, ils militent pour une réouverture des terrasses « dès le début du mois de mai ». Pour les musées, salles de spectacles et salles de sport, l’accès devrait pouvoir se faire « sur présentation d’un certificat de vaccination ou d’un test PCR de moins de 72 heures » et avec des jauges adaptées. Ils demandent aussi l'« élargissement des publics éligibles à la vaccination » qui, dans les faits, s’appliquent déjà dans plusieurs communes.

Ce lundi, la préfecture des Alpes-Maritimes a fait savoir au maire LR d’Antibes Jean Léonetti que la demande des élus avait été adressée au ministre. Sans plus de nouvelles pour le moment.