Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : Renaud Muselier dénonce une injustice sur les mesures sanitaires entre Nice et la Seine-Saint-Denis

CONFINEMENT Pour le président de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Renaud Muselier, il y a une différence de traitement entre les départements, alors que la situation sanitaire est similaire

20 Minutes avec AFP

— 

Le président de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Renaud Muselier.
Le président de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Renaud Muselier. — PHILIPPE MAGONI/DICOM/SIPA

« Il y a une injustice » entre les Alpes-Maritimes, qui entament leur troisième week-end de confinement face au Covid-19, et la Seine-Saint-Denis, toujours pas confinée, a accusé ce samedi Renaud Muselier, le président de la région Paca. « Il y a une décision de confinement en Alpes-Maritimes qui ne correspond pas à des critères stables, équitables et compréhensibles par la population, et quand il y a une différence de critères il y a forcément une différence de traitement, et donc il y a une injustice », a insisté le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur sur France Inter.

« Quand je vois la situation en Île-de-France et en Seine-Saint-Denis, pas concernées par un confinement alors que les courbes flambent, j’ai l’impression que nous sommes l’arbre niçois qui cache la forêt parisienne », s’était déjà insurgé le maire LR de Nice, Christian Estrosi, vendredi, en annonçant les modifications de parcours des deux dernières étapes de la course cycliste Paris-Nice.

Taux de positivité des tests supérieur en Seine-Saint-Denis

« Quand les critères sont les mêmes partout, il doit y avoir le même traitement partout, […] mais depuis le départ c’est le bazar des critères », a insisté Renaud Muselier ce samedi, en estimant que si les Alpes-Maritimes et la Seine-Saint-Denis sont « exactement dans la même situation » au niveau du taux d’incidence et de la pression en réanimation, le 93 compte par contre un taux de positivité de 13 % pour moins de 10 % dans le 06.

Contestant l’idée d’une concertation efficace entre le gouvernement et les collectivités locales, Renaud Muselier a estimé que celle-ci « n’existe pas ou peu », comme dans le cas de ce troisième week-end de confinement « décidé d’office (à Paris) pour les Alpes-Maritimes » : résultat, « vous avez la totalité des élus (locaux) qui sont contre ».