Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : « Bachelot a annoncé une interdiction, pas une autorisation », des directeurs de festivals encore dans le flou

CULTURE Les organisateurs ont encore beaucoup d’interrogations comme la ville de Nice qui a indiqué qu’elle appliquerait les règles imposées par le gouvernement sans communiquer davantage sur ce qui était prévu, notamment pour le Nice Jazz Festival

Elise Martin
— 
Les Plages électroniques, à Cannes, en 2016
Les Plages électroniques, à Cannes, en 2016 — LIONEL URMAN/SIPA
  • Les Nuits du Sud de Vence sera « un festival de transition » mais « il aura bien lieu en s’adaptant dans tous les cas ».
  • Pour les Nuits Carrées d’Antibes, deux scénarios sont possibles. La décision finale sera prise le 3 mars.
  • Dans le cas des Nuits guitare de Beaulieu-sur-Mer, le festival « peut avoir lieu ». Son directeur, également directeur des Plages électroniques de Cannes, reste dans l’attente de prochaines annonces.

La semaine dernière, la ministre de la Culture a annoncé que les festivals du printemps et de l’été pourront avoir lieu mais avec une limite de 5.000 spectateurs assis, avec une distanciation sociale. « Un rayon de lumière » pour certains, « une annonce d’interdiction » pour d’autres, 20 Minutes fait un petit tour d’horizon de ce qui est prévu pour les festivals musicaux sur la Côte d’Azur.

Les Nuits du Sud de Vence

« Ce sera un festival de transition », lâche Teo Saavedra, directeur du festival des Nuits du Sud de Vence. Pour lui, l’annonce de Roselyne Bachelot est « une bonne nouvelle » même si « elle pose tout un autre tas de problèmes ». Il développe : « Sur la place de la ville, on n’a pas la place pour mettre toutes les chaises. On a eu des soirs où on accueillait jusqu’à 9.000 personnes. Il faudra adapter et réduire la jauge. Mais elle détermine la capacité financière ».

Il voit « un rayon de lumière » qu’il veut « transformer en soleil ». Le directeur reste confiant mais aussi dans l’attente d’éclaircissements, « peut-être au mois de mars », imagine-t-il. La seule chose sûre, ce sont les dates, du 8 au 24 juillet. Dans tous les cas, il souhaite faire quelque chose « parce qu’on ne peut pas imaginer un été sans festival ».

Les Nuits Carrées d’Antibes

Pour les Nuits Carrées d’Antibes, qui ont toujours lieu le dernier week-end de juin, le scénario final sera dévoilé après le 3 mars et une réunion de tous les acteurs concernés. Sébastien Hamard, le directeur du festival, précise : « Depuis novembre, on avait commencé à réfléchir à deux scénarios. L’annonce de la ministre de la Culture a renforcé la direction que nous avions commencé à prendre ». D’un côté, un festival au fort carré, « à demi-jauge » et « excentré ». Le directeur pose la question de la « viabilité s’il n’y a pas d’autorisation de débits de boissons ».

Voilà pourquoi un deuxième scénario est envisagé. « Notre rôle est de mettre les artistes sur scène. Nous aimerions alors faire rentrer au cœur de la ville le festival pour participer à la vie collective en étant sur l’esplanade du pré des pêcheurs », détaille-t-il. Même si « les choses peuvent encore évoluer », Sébastien Hamard estime que les Nuits Carrées ont « un rôle important à jouer cette année » avec « un public de territoire, à taille humaine et un événement rassurant ». De cette manière, la programmation pourra être revue avec « une belle occasion de mettre en avant des artistes nationaux » si les artistes internationaux ne peuvent pas venir.

Le directeur du festival ajoute : « S’il y a un changement tarifaire, ce sera vers le bas. Le but est de sortir un festival gratuit et accessible à tous s’il se fait au cœur de la ville et avec une programmation allégée ».

Deux festivals Panda Events, deux ambiances

« On a deux festivals très différents », lance Benoît Geli, fondateur de Panda Events qui organise les Nuits guitare à Beaulieu-sur-Mer et les Plages électroniques de Cannes. « Roselyne Bachelot a surtout annoncé l’interdiction des festivals à plus de 5.000 personnes debout, sans aucune autre précision ». Pour les Plages électroniques, le directeur est clair : « C’est sûr qu’il ne peut y avoir d’alternative à l’événement. On ne peut rien organiser dans le format actuel. Même selon les évolutions, c’est compliqué. Les gros festivals ne peuvent pas présenter quelque chose en trois mois. Leur organisation nécessite beaucoup de temps ». Il regrette la proposition de la ministre de la Culture, qui manque, selon lui, « de terrain et de réalisme en termes d’enjeux ». « La notion de festival, ce sont les moments de vie. C’est différent des concerts. Il y a plusieurs scènes, on se balade, on fait des rencontres ».

Il ajoute : « Avec cette annonce, la ministre nous met au pied du mur puisqu’il y a beaucoup d’enjeux sur les reports ou les remboursements ». Le festival qui a lieu à Cannes doit se tenir le premier week-end d’août.

En ce qui concerne les Nuits guitare, Benoît Geli est plus optimiste même s'« il reste encore beaucoup d’interrogations ». Notamment sur la possibilité d’avoir une buvette, de la restauration et le respect des distanciations. « À Beaulieu-sur-Mer, on a de l’espace. Mais il va falloir réduire la jauge, donc il va y avoir des impacts économiques qu’on ne pourra pas compenser à travers les offres de buvette et de restauration. La plus grosse problématique reste celle de la réduction des recettes pour un secteur qui ne travaille plus depuis un an ». Il questionne : « Comment va-t-on faire pour repartir et se relancer après ça ? ».