Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : Nice et le département suspendus à l’annonce d’un possible confinement le week-end

CRISE SANITAIRE Une annonce est attendue ce dimanche soir ou lundi mais cette option « mérite d’être étudiée » car elle découragerait les touristes, selon Christian Estrosi

Fabien Binacchi
— 
Les sorties le week-end seront-elles bientôt proscrites ?
Les sorties le week-end seront-elles bientôt proscrites ? — SYSPEO/SIPA
  • L'idée d'un confinement local le week-end tiendrait la corde après la visite, ce samedi à Nice, du ministre de la Santé Olivier Véran qui a demandé au préfet de « continuer la concertation avec l’ensemble des élus du territoire ».
  • Le taux d’incidence de l’épidémie dans la métropole de Nice est particulièrement élevé : il dépasse 700 cas positifs pour 100.000 habitants, soit plus de trois fois la moyenne nationale.

La mesure est encore inédite en métropole. Mais face à la flambée de l’épidémie de Covid-19 dans les Alpes-Maritimes et notamment à Nice, le gouvernement pourrait bien décider, ce dimanche soir ou lundi, d’un  confinement local pendant les week-ends.

Cette idée tiendrait la corde après la visite, ce samedi à Nice, du ministre de la Santé Olivier Véran qui a demandé au préfet de « continuer la concertation avec l’ensemble des élus du territoire » en vue de « mesures complémentaires ». Elles peuvent aller « d’un couvre-feu renforcé à un confinement local le week-end », a-t-il précisé sur Twitter.

« Je n’accepterai pas que rien ne soit fait », dit Estrosi

« Si une des mesures à prendre pour retrouver au plus vite une vie normale était un confinement partiel, j’ai dit au ministre que j’y serais favorable, a expliqué de son côté le maire LR de la cinquième ville de France Christian Estrosi. Que ce soit tout le week-end ? A partir de midi et jusqu’à telle heure ? Peu importe, il faut prendre une décision pour éviter des morts, éviter des malades de longue durée. »

« Je n’accepterai pas que rien ne soit fait », a-t-il aussi affirmé. L’option d’un confinement le week-end « mérite d’être étudiée » car elle découragerait les touristes qui auraient voulu réserver un séjour à Nice, ainsi que « ceux qui prennent des risques en se rassemblant à dix, quinze ou vingt le week-end », a également observé l’élu.

D’autres maires n’y sont pas favorables

Le taux d’incidence de l’épidémie dans la métropole de Nice est particulièrement élevé : il dépasse 700 cas positifs pour 100.000 habitants, soit plus de trois fois la moyenne nationale (190). Dans le département, il atteint 590 selon l’ARS Paca. Selon les laboratoires Biogroup, du 8 au 14 février, 48,1 % des cas positifs étaient le fait du variant anglais et pour 2,1 %, il s’agissait des variants sud-africain et brésilien.

D’un bout à l’autre du département, les maires LR de Menton et de Grasse, Jean-Claude Guibal et Jérôme Viaud, interrogés par Nice-Matin, ne souhaitent de leur côté pas de nouvelles mesures restrictives, mais plutôt de « faire respecter » celles qui existent. Le président de la région Paca estime de son côté que « les Alpes-Maritimes vont prendre la décision adéquate », et indique qu’un « plan d’aides et de solidarité » est en préparation.