Coronavirus dans les Alpes-Maritimes: Le variant sud-africain est arrivé… On en est où dans le département le plus touché de France ?

CRISE SANITAIRE Cas confirmés, hospitalisations, vaccins... 20 Minutes fait le point sur la situation

Fabien Binacchi et Elise Martin
— 
Un test de dépistage du Covid-19
Un test de dépistage du Covid-19 — FRANCOIS GREUEZ/SIPA
  • Le taux d’incidence, le nombre de cas de Covid-19 confirmés pour 100.000 habitants, atteignait 455 mardi dans les Alpes-Maritimes.
  • Le délégué départemental de l’ARS Paca a confirmé à 20 Minutes qu’un cas du variant sud-africain était à l’isolement à Juan-les-Pins.

Avec un taux d’incidence (le nombre de cas pour 100.000 habitants) de 455, stable depuis quelques semaines, le département des Alpes-Maritimes est toujours le plus sérieusement touché par le Covid-19 de France métropolitaine. La présence du variant anglais, et dorénavant du variant sud-africain (avec un cas confirmé du côté d’Antibes), pourrait faire encore évoluer l’épidémie. On fait le point sur la situation.

Les taux ne se resserrent pas

Le taux d’incidence, le nombre de cas de Covid-19 confirmés pour 100.000 habitants, atteignait donc 455 mardi selon les tout derniers chiffres de l’Agence régionale de santé (ARS) Paca. La semaine dernière, il était de 543 à Nice. Loin devant la deuxième métropole la plus touchée, Marseille, qui enregistrait un taux de 388.

Le taux de positivité (la proportion de personnes positives pour le nombre de tests effectués) reste de son côté plutôt stable (à 8,9 %), mais demeure très supérieur à la moyenne régionale (7,4 %) et nationale (6,3 %).

Dans les hôpitaux, la situation est toujours tendue. Le Pr Michel Carles, infectiologue du CHU de Nice, indique mardi que « le taux d’occupation des lits en réanimation » était « proche de 88 % ». Des lits « intermédiaires » ont été mis en place.

La circulation du virus dans les eaux usées de la métropole multipliée par cinq

Selon les dernières analyses de la circulation du virus dans les eaux usées de la métropole Nice Côte d’Azur, en date du 4 février, sur douze secteurs, cinq présentent des pourcentages de population contaminée « très élevés », au-delà de 4 %. Il s’agit de Gambetta, Magnan/Madeleine, les Moulins, ouest ville et Bon voyage. Depuis la première semaine de janvier, les chiffres ont presque été multipliés par cinq.

Le variant anglais est là, le Sud-Africain découvert

Le 21 janvier, pour son dernier « point hebdomadaire de situation dans notre région » publié des « variantes du Covid-19 », l’ARS faisait état de trois cas « anglais » dans les Alpes-Maritimes. Depuis, ce variant monte en puissance. Mais il n’était pas encore possible, ce mercredi, d’établir la part qu’il représente actuellement dans les contaminations totales, selon Romain Alexandre. Le délégué départemental de l’ARS a en revanche confirmé à 20 Minutes qu’un cas du variant sud-africain était à l’isolement à Juan-les-Pins. Il indique aussi qu’il existe « plusieurs autres suspicions » en attente de résultat.

41.000 injections de vaccins ont été réalisées

Près de 41.000 injections ont été jusque-là réalisées dans le département des Alpes-Maritimes, ce qui représente 24 % des doses utilisées dans toute la région Paca. « Nous sommes dans une semaine où les primo injections sont suspendues pour pouvoir faire les secondes la semaine prochaine et que les personnes à risque puissent encore recevoir la première injonction », a précisé mardi le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez.

« On fait ce qu’on peut avec ce que l’on a », a-t-il aussi concédé. Mais « même avec les deux doses de vaccin, on ne sait pas si la personne est contaminante », rappelle le Pr Michel Carles. « Il faut donc vraiment respecter les gestes barrières. Il en va de la responsabilité de chacun », martèle l’infectiologue.