Nice : Le patron d’un restaurant retrouve lui-même ses cambrioleurs (qui avaient pris le temps de faire la tambouille)

FAIT DIVERS Le propriétaire de Babel Babel, situé sur le quai des États-Unis, assistera ce mardi après-midi à la comparution immédiate des deux individus au tribunal

Elise Martin

— 

Le restaurant Babel babel, sur le quai des États-Unis à Nice.
Le restaurant Babel babel, sur le quai des États-Unis à Nice. — Babel babel
  • Le restaurant Babel Babel s'est fait cambrioler deux fois en une semaine. 
  • Le patron de l'établissement a attrapé lui-même les deux individus responsables dans les rues de Nice.

« Dans la nuit de mardi à mercredi, deux personnes se sont introduites par la porte côté mer du restaurant », raconte Olivier Daniel, gérant de Babel Babel, proche de la Promenade des Anglais à Nice. « Sur les caméras de surveillance, on les voit visiter, se faire à manger, rigoler puis jeter du matériel avant de repartir une heure et demie plus tard avec des bouteilles ».

Il poursuit : « Depuis le début de la crise sanitaire et avec les confinements et les couvre-feux, c’est devenu un peu commun pour les restaurateurs du cours Saleya ou du quai des États-Unis de constater des vols, des tentatives d’effractions ou même des personnes qui viennent squatter les lieux ». C’est pour cette raison qu’il a voulu en parler, notamment dans Nice-Matin.

Mais cinq jours plus tard, rebelote. Olivier Daniel se rend compte une nouvelle fois que des individus se sont introduits dans son établissement. « C’était l’un des deux hommes de la dernière fois, avec sa femme », affirme-t-il. Cette fois-ci, ils ne restent que cinq minutes mais repartent encore avec des bouteilles.

« On l’a filé et on a appelé la police »

L’histoire aurait pu s’arrêter là sauf que… « Le lendemain du premier cambriolage, j’avais reconnu l’un des deux voleurs dans le Vieux Nice. Le temps que je puisse me garer et l’interpeller, c’était trop tard », indique le patron. « Mais quand dimanche matin, l’enquête n’avait toujours pas avancé et que l’histoire se répétait, on a décidé avec un collègue de refaire un tour en ville. Si je l’avais croisé une fois, ce n’était pas un hasard ».

En dix minutes, il tombe sur l’un des deux individus. « On le file, on prévient les policiers et 40 minutes plus tard, il est embarqué sur la Prom ». Les deux amis retournent au Babel babel et alors qu’ils étaient en train de discuter, le deuxième cambrioleur passe devant le restaurant. « Je suis sorti, je l’ai attrapé et on a attendu les policiers ensemble ».

Après évaluation des dégâts, le préjudice est entre 5.000 et 7.000 euros. Mais le gérant relativise : « Ce qui est vraiment embêtant c’est qu’on a perdu un événement avec Christophe Dufau. Tous les vendredis, on propose des livraisons de paniers et là, on avait la chance d’avoir un chef. Cette semaine-là, près de 70 réservations avaient été déjà passés. On prévoyait d’atteindre les 140 plats mais ça aurait pu être pire et nous faire perdre une journée de travail entière ».

Les deux malfaiteurs seront jugés en comparution immédiate cet après-midi au tribunal correctionnel de Nice.