Coronavirus à Nice : Un restaurateur sert illégalement une centaine de clients et prône la « désobéissance civile »

CRISE SANITAIRE Le gérant, selon lequel « la pandémie, tout ça, ce sont des mensonges », avait lancé les réservations sur WhatsApp

Fabien Binacchi et Elise Martin

— 

Le restaurant a pu servir des repas malgré les injonctions de la police
Le restaurant a pu servir des repas malgré les injonctions de la police — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • Le Poppies, une brasserie du centre-ville de Nice a accueilli à nouveau des clients illégalement ce mercredi midi.
  • Le gérant Christophe Wilson prône la « désobéissance civile » et invite « tous les restaurateurs de France à faire pareil ».

Ce mercredi midi, après des semaines de fermeture, le Poppies, une brasserie du centre-ville de Nice a accueilli à nouveau des clients… illégalement. Scandant « résistance, résistance… » en attendant d’être servies sous le regard des policiers, près de cinquante personnes, pour beaucoup sans masque, attablées sur la terrasse couverte de l’établissement, avaient répondu présentes à l’appel du gérant.

Avec cette ouverture pourtant interdite par les décrets anti-Covid-19 du gouvernement, Christophe Wilson prône la « désobéissance civile » et invite « tous les restaurateurs de France à faire pareil ».

« J’en ai parlé autour de moi. Depuis deux ou trois jours. J’ai envoyé des messages sur WhatsApp et les gens ont commencé à réserver », indique-t-il, sans masque lui non plus, évoquant des théories complotistes, reprises volontiers par ces clients du jour. « La pandémie, tout ça, ce sont des mensonges », assure-t-il. Gilles, assis à une table, est également persuadé que « les hôpitaux sont vides ». Et lui, comme les autres, n’a pas « peur de l’amende ». « Si c’est le prix de la liberté, je suis prêt à l’avoir autant de fois qu’ils le veulent », annonce-t-il.

« Gnocchis et daube de bœuf ou lentilles corail »

Après un passage dans les cuisines et des appels répétés à évacuer les lieux, la vingtaine de policiers débarquée rapidement sur place n’a pas employé la force. Sur les coups de 13 h 20, les plats d’un premier service ont même pu être servis par le patron, toujours sans masque et criant « liberté » au-dessus de ses assiettes. Menu unique : « Gnocchis et daube de bœuf ou dahl de lentilles corail pour les végétariens », a-t-il détaillé alors que la « tirelire à amendes » passait entre les tables pour lui permettre de régler une éventuelle contravention.

Marie-Pierre et Magali (à g.) ont été les premières servies
Marie-Pierre et Magali (à g.) ont été les premières servies - E. Martin / ANP / 20 Minutes

Déjà dans la file d’attente dès 11 h 30, Magali et Marie-Pierre, installées avec d’autres amies, ont eu droit aux premiers coups de fourchette. La première « va régulièrement au restaurant à Monaco ». La seconde fait de même « de l’autre côté de la frontière, en Italie » et « aimerait pouvoir avoir partout une vraie vie normale ».

Un deuxième service a même eu lieu vers 14 h où même des passants qui ont vu le restaurant ouvert ont profité « de l’initiative » et du tiramisu en dessert.

Christophe Wilson, lui, a déjà envie d’en proposer d’autres, « si on [l’y] autorise ». Rien n’est moins sûr. Il devra d’abord s’expliquer au commissariat central de la ville dans l’après-midi. La police, repartie sur les coups de 13 h 50, l’y a convoqué.