Nice: Le trajet du tram jusqu'à Cagnes-sur-Mer se précise, une concertation va encore l'affiner

TRANSPORTS La ligne 4 doit relier la capitale azuréenne à Cagnes-sur-Mer en passant par Saint-Laurent-du-Var à l'horizon 2026

Fabien Binacchi

— 

Les rames doivent circuler sur l’avenue Maréchal-Juin, à Cagnes-sur-Mer
Les rames doivent circuler sur l’avenue Maréchal-Juin, à Cagnes-sur-Mer — Métropole Nice Côte d'Azur (Visuel de principe)
  • Une concertation publique va s’ouvrir autour de la future ligne 4 du tramway niçois.
  • Elle doit permettre de relier deux autres communes à l’ouest dès 2026.

Un tracé de 7,1 km de long, treize stations… En 2026, le tramway de Nice doit aussi arriver à Cagnes-sur-Mer en passant par Saint-Laurent-du-Var. Mais qu’est-il exactement prévu sur cette future ligne 4 ?

A l’occasion du lancement prochain de la concertation publique, passage obligé du 15 février au 31 mars (dans les mairies concernées et sur Internet), 20 Minutes vous éclaire. Et le projet a déjà bien changé depuis sa présentation officielle en 2019. Il était alors prévu sur 6,2 km, avec quinze stations.

Christian Estrosi imaginait également « cinq ou six parkings relais » sur le trajet. Selon le dernier schéma, validé en décembre 2020, il n’y en aurait que trois (à Saint-Laurent-du-Var, au Val-fleuri et au terminus de Cagnes-sur-Mer). Les avis récoltés ces prochaines semaines pourraient encore tout amender.

Le parking relais projeté au Val fleuri, à Cagnes-sur-Mer
Le parking relais projeté au Val fleuri, à Cagnes-sur-Mer - Métropole Nice Côte d'Azur (Visuel de principe)

Cap 3000 et l’hippodrome

Ce qui est a priori déjà certain, c’est que les rails, tous installés en surface, partiront du futur centre multimodal « Nice aéroport » à Saint-Augustin pour déboucher face au lycée Auguste-Renoir et devant le parc des sports Pierre-Sauvaigo.

Sur la route des Vespins, à Saint-Laurent-du-Var
Sur la route des Vespins, à Saint-Laurent-du-Var - Métropole Nice Côte d'Azur (Visuel de principe)

Les rames traverseront le Var pour s’arrêter d’abord entre la gare de Saint-Laurent-du-Var et Cap 3000. Puis le long de l’ex-RN7, la ligne pourra desservir la clinique Arnault-Tzank, le cros-de-Cagnes et passer tout proche de l’hippodrome de la Côte d’Azur.

Avec, à la clé, sans doute, des expropriations. Pour lesquelles une déclaration d’utilité publique devra être prononcée. Elle n’est pas encore à l’ordre du jour. « La phase de concertation est préalable à l’enquête d’utilité publique qui aura lieu quand des études plus précises et détaillées auront été conduites », indique-t-on du côté de la métropole qui évalue le projet dans sa globalité à 247 millions d’euros. Les travaux sont eux annoncés pour débuter à l’horizon 2023.