Coronavirus à Nice : Le retour à une vie culturelle normale annoncé par Estrosi pour septembre est-il réalisable ?

ÉPIDÉMIE Lundi, le maire LR de Nice (Alpes-Maritimes) a défini le 15 septembre comme « date irrévocable » pour rouvrir musées, cinémas et théâtres

Elise Martin

— 

Un atelier d'oralité animé par Muriel Mayette-Holtz, directrice du Théâtre national de Nice. (Illustrations)
Un atelier d'oralité animé par Muriel Mayette-Holtz, directrice du Théâtre national de Nice. (Illustrations) — J.Hauvel / ANP / 20 Minutes
  • Le maire de Nice peut-il rouvrir musées, cinémas et théâtres le 15 septembre comme il l'a annoncé ce lundi ? En droit administratif, les possibilités de Christian Estrosi restent limitées pour prendre une telle décision.
  • Les professionnels concernés « espèrent ouvrir avant ».
  • Éric Denis, infectiologue à la clinique Saint-Jean de Cagnes-sur-Mer, rappelle les nombreuses inconnues présentes aujourd’hui autour du vaccin qui ne permettent pas d’assurer cet engagement.

« Je propose de fixer au 15 septembre de manière irrévocable la date de réouverture des institutions culturelles ». Par cette annonce, Christian Estrosi a fait naître « du rêve et de la sérénité » chez certains ou de l’indifférence chez d’autres. Mais le maire de Nice (Alpes-Maritime) pourra-t-il tenir cet engagement ? D’un point de vue juridique et médical, cette décision ne dépend pas que de ses pouvoirs. Tour d’horizon des acteurs locaux concernés pour y voir plus clair.

Juridiquement c’est possible, mais…

« Le maire peut exercer son pouvoir de police générale et prendre de telles mesures à condition qu’elles soient dûment justifiées et proportionnées », indique Me Riadh Jaidane, avocat au barreau de Nice. « Il appartient au maire de partir des mesures de prévention et de réduction de l’épidémie prises au niveau national et de vérifier s’il est nécessaire de les adapter au niveau local par des arrêtés particulièrement motivés ». Il précise qu’une concertation avec le préfet est nécessaire puisqu’il est le représentant juridique de l’État.

Oui pour le corps médical, sous conditions

« Pour que ce soit réalisable, il nous faut beaucoup de chance et des vaccins. Si ce n’est pas possible, il faudra des protocoles sanitaires stricts adaptés à chaque événement culturel. Si le virus circule toujours, les mesures ne seront pas les mêmes pour un concert en salle fermée avec 8.000 personnes ou un musée en plein air », résume Éric Denis, infectiologue à la clinique Saint-Jean de Cagnes-sur-Mer. D’après lui, c’est possible « dans le meilleur des mondes, si toute la population est vaccinée et que ces vaccins sont efficaces face aux différents variants ». Il complète : « On a peu de recul sur les vaccins et il reste encore beaucoup d’inconnues. En étant optimiste, on peut dire qu’on a le temps d’arriver en septembre et on espère revenir à cette vie normale ».

Ce serait « une merveilleuse nouvelle » pour le secteur culturel

Pour Thierry Duchêne, directeur des cinémas Le Rialto et le Variétés, l’annonce du maire ne change rien. « Personne n’en sait rien, on n’a pas reçu de mail de la fédération, on reste dans l’attente tout en espérant pouvoir rouvrir avant ».

Du côté du théâtre national de Nice (TNN), Muriel Mayette-Holtz, la directrice, est plus enthousiaste : ce serait « une merveilleuse nouvelle ». « On avait besoin de ça. Nous sommes épuisés de décaler tous les quinze jours », dit-elle. Rassurée d’avoir une date à laquelle se raccrocher, elle est sûre de la faisabilité de cette mesure. « Il nous a donné un peu de rêve et de sérénité. On sera actif tout l’été et ce que je prévois en automne, je suis maintenant assurée que cela marchera ».

Contactées par 20 Minutes, plusieurs communes limitrophes n’ont pas souhaité s’exprimer. La ville de Cannes, elle, indique simplement « garantir une offre culturelle toute l’année » et la proposer « en présentiel quand le sanitaire le permettra ».