Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : Hospitalisations, circulation du virus... Le département au bord de la crise

EPIDEMIE Entre les hausses du taux d’incidence, de la positivité et aussi du nombre de personnes hospitalisées, notamment en réanimation, la situation sanitaire se tend sur la Côte d'Azur

Elise Martin

— 

Photo d'illustration d'une personne en train de se faire tester du coronavirus à Nice.
Photo d'illustration d'une personne en train de se faire tester du coronavirus à Nice. — SYSPEO/SIPA
  • Le taux d’incidence reste élevé dans la métropole avec 437 cas positifs au coronavirus pour 100.000 habitants ce samedi.
  • Des patients maralpins ont été transférés vers les hôpitaux des Bouches-du-Rhône.
  • La circulation du virus dans les eaux usées de la métropole continue de grimper.

Plus le temps passe, moins la situation semble s’apaiser. Alors qu’avant l’été, le département était l’un des moins touchés de France par le Covid-19, il bat aujourd’hui des records avec une deuxième vague plus forte que la première de 135 %. 20 Minutes fait un point sur la situation actuelle dans les Alpes-Maritimes.

Nice toujours en haut du classement pour le taux d’incidence

Depuis le 18 décembre, la métropole niçoise reste à la première place des métropoles avec le plus fort taux d’incidence. Samedi, il atteignait 437 cas positifs du Covid-19 pour 100.000 habitants, d’après Santé Publique France. Une légère baisse par rapport à la semaine dernière où il était monté jusqu’à 500.

Les trois villes au taux d’incidence le plus élevé sont dans la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Nice, Marseille et Toulon). En France, le taux moyen est à 202. Ce samedi, plus de 76.000 personnes avaient été vaccinées dans la région selon les infographies de covid-tracker, qui se base sur les chiffres du ministère de la Santé.

Le taux de positivité se situe à 8,7 %, c’est-à-dire, la proportion de tests positifs dans l’ensemble des tests dans le département contre 6,6 % en France.

Des hospitalisations reparties à la hausse, des transferts en cours

Malgré un taux d’incidence qui se stabilise, les hospitalisations sont reparties à la hausse dans le département. Jeudi, deux patients maralpins traités en réanimation ont été transférés vers les hôpitaux de Marseille pour éviter une saturation. Selon Santé Publique France, vendredi, 90 % des lits de réanimations étaient occupés par des malades.

Les Alpes-Maritimes comptent 339 hospitalisations conventionnelles, d’après le bilan quotidien de l’Agence régionale de santé. C’est vingt-trois de plus depuis le dernier rapport. Depuis le début de l’épidémie, 755 personnes sont décédées dans les hôpitaux du département, onze en plus depuis les dernières publications de l’ARS Paca.

Circulation du virus dans les eaux usées, un chiffre en constante croissance

À partir des selles des 490.000 habitants dans les dix-sept communes de la métropole, les marins-pompiers de Marseille avec l’agence de sécurité sanitaire de Nice récoltent les données nécessaires pour observer la circulation du virus, deux fois par semaine.

D’après les dernières analyses, publiées jeudi, plusieurs secteurs de la commune avaient un pourcentage de population contaminée au-dessus du seuil d’alerte (4 %). Depuis trois semaines, les chiffres ne cessent d’augmenter. Dans le secteur du port, le 12 janvier, 8 % de la population était contaminée. Cette semaine, c’est aux Moulins que les chiffres ont évolué et ont été multipliés par cinq en deux semaines.

Selon Romain Gitenet, directeur de l’agence de sécurité sanitaire, environnementale et de gestion de risques, cette impressionnante circulation du Covid-19 s’explique par les mouvements des personnes et la période hivernale très propice à la transmission.