Nice : La métropole fait appel à des experts pour prévenir les catastrophes

AVENIR Son agence « de sécurité sanitaire, environnementale et de gestion des risques » vient d’être officiellement lancée

Fabien Binacchi

— 

Christian Estrosi a officialisé ce nouveau dispositif jeudi
Christian Estrosi a officialisé ce nouveau dispositif jeudi — NCA
  • Le dispositif doit permettre d’imaginer tous les risques et les moyens de faire face aux catastrophes en amont.
  • D’après le maire de Nice, c’est un organisme « unique en France ».
  • Huit experts travailleront au sein de cette agence.

Aurait-elle pu permettre à la métropole niçoise de gérer différemment la crise du Covid-19 ? La pandémie actuelle est en tout l’un des dossiers que « les experts » recrutés par la métropole pour sa nouvelle Agence de sécurité sanitaire, environnementale et de gestion des risques auraient pu avoir à anticiper. Comment va fonctionner cette entité, « unique en France » selon Christian Estrosi qui l’a officiellement lancée jeudi ? 20 Minutes fait le point.

Quel est le principe de cette agence ?

La métropole a déjà essuyé des tempêtes et des canicules, été touchée par des attentats, mais a toujours « su se relever », juge Christian Estrosi. Des réactions face à l’aléa que la nouvelle agence doit, au contraire, prévoir. « Elle repose sur un pilier opérationnel d’anticipation et de gestion de crise et sur un pilier de prospective et méthode. » En clair, le dispositif doit permettre d’imaginer tous les risques et les moyens d’y faire face en amont.

Dans quels domaines interviendra-t-elle ?

Dans les domaines de l’environnement et la santé, autour des défis climatiques, des risques sismiques, de la qualité de l’air ou encore pour la lutte contre la dengue, les autres virus et les maladies parasitaires. « Certains diront un machin de plus ? Non, c’est vraiment un organe puissant, qui travaille et qui va coordonner toute la réponse », anticipe Richard Chemla, vice-président de la métropole en charge de la transition écologique. Il sera possible de s’en assurer (ou pas) cet été avec la restitution des premiers travaux.

Avec quels experts ?

Huit personnes, dont une seule femme, sont recrutées. L’ancienne préfète Anne Boquet, directrice générale des services de la métropole à sa création, fait donc partie du collège. Comme le Pr Michel Carles (chef du service infectiologie à l’hôpital Pasteur), le sismologue Philippe Charvis ou encore Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au Laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer. Ils travailleront sur la prospective en parallèle d’une équipe « opérationnelle » sur la gestion des risques sous la houlette de Romain Gitenet. Cet ancien de Médecins sans frontières était dernièrement à la tête des cellules de crise Covid-19 de l’AP-HP.