Cannes : Maxime Bono, un fabricant de planches « artisanales », lance son activité pour le bonheur des amoureux de la glisse

CUSTOM Dans sa boutique, ce shaper, c’est-à-dire le fabricant de planches de surf, réalise des commandes entièrement fait maison

Elise Martin

— 

Maxime Bono, fondateur de The Salty Moustache et fabricant de planches de glisse à Cannes.
Maxime Bono, fondateur de The Salty Moustache et fabricant de planches de glisse à Cannes. — Thibault Siman
  • Maxime Bono a fait le tour du monde avant de rentrer à Cannes et de développer son projet de fabrication de planches de glisse.
  • L’artisan répare aussi les planches des surfeurs et utilise les excédants de résines pour fabriquer des tables basses et autres accessoires.

L’univers de la glisse n’est pas réservé qu’à la west coast. Si les surfeurs arrivent à attraper des vagues en Méditerranée, il leur faut aussi une personne pour s’occuper de leur objet de loisir principal : la planche. C’est dans ce domaine que Maxime Bono a trouvé sa place. Ce Cannois de 26 ans, a lancé il y a quelques mois The Salty Moustache, une boutique de confection de planche à glisse (surfboards/foilboards) et de décoration d’intérieure.

« Passionné des sports de glisse depuis mon plus jeune âge, j’ai commencé à shaper [fabriquer et personnaliser] il y a sept ans, de façon expérimentale et autodidacte dans mon garage, en m’inspirant d’autres shapers », raconte le Maxime Bono. Au départ, un plaisir personnel pour lui et ses amis surfeurs. Mais depuis ses expériences à l’étranger, il a décidé de faire de ce passe-temps, une de ses activités principales.

« J’ai toujours travaillé dans des métiers manuels. Après avoir obtenu mes diplômes, j’ai décidé de voyager : d’abord l’Australie, où j’ai été instructeur de kitesurf, puis l’Asie et le Canada avant de finir dans les Caraïbes, toujours comme moniteur », raconte le Cannois. Mais à cause du Covid-19, le tour du monde s’arrête. « Le retour anticipé en France a été brutal. Pendant le confinement, j’ai repris du service dans mon atelier et à la sortie, un ami m’a embauché dans son entreprise de charpente et de zinguerie. Donc aujourd’hui, j’ai un emploi du temps très chargé avec The Salty Moustache en plus, mais ça vaut le coup ! ».

« Le custom est avant tout une façon d’adapter la planche au surfeur et à son utilisation »

Installé dans son atelier, Maxime Bono confectionne des planches de surf, de foil [surf avec un aileron qui permet à la planche d’être au-dessus de l’eau] et de kitesurf strapless [sans attache aux pieds], et tout ça, entièrement réalisé à la main. « Pour moi, la fabrication artisanale est primordiale. Le custom est avant tout une façon d’adapter la planche au surfeur et à son utilisation, tout en alliant performance et décoration personnalisée ».

Concrètement, pour faire sa propre board, il faut : « Définir la forme de la planche. La travailler en épaisseur pour affiner son profil. Puis, stratifier avec de la fibre de verre, de carbone ou de lin, tous matériaux possibles en fonction des contraintes d’utilisation de la planche. Et dernière étape, placer les dérives, sans oublier les finitions pour enlever les imperfections après le ponçage ». À savoir que les planches réalisées par Maxime Bono sont confectionnées avec des produits qui viennent de fournisseurs de la Côte ouest.

Pour compléter son activité, il réalise également des réparations de planches polyester et Epoxy mais aussi des tables basses. Il développe : « J’ai dans mon entourage des personnes intéressées par le projet mais qui ne pratiquent pas le surf. Alors, je me suis aussi penché sur la création d’accessoires uniques en utilisant les excédants de résines des planches de surf confectionnées dans l’atelier, ainsi que quelques produits de prêt à porter à l’image de la marque, en partenariat avec des ateliers de la région. »

Même si son cœur regrette peut-être ses aventures dans d’autres eaux, c’est sur la Côte d’Azur qu’il s’y sent comme un poisson : « J’ai voulu donner vie à ce projet dans la région car c’est ici que j’ai fait mes armes et que j’ai mes proches. Et puis, on ne va pas se le cacher, c’est une superbe région ! Certes, ça ne surfe pas tous les jours comme espéreraient tous les surfeurs, mais être à l’eau avec une vue sur les montagnes enneigées, il n’y a pas à dire : c’est magique ! ».