Vaccination dans les Alpes-Maritimes : Une campagne qui « peine à démarrer », des livraisons… Où est-on ?

PANDEMIE Alors que des élus s’impatientent de voir s’accélérer la vaccination contre le Covid-19, l’ARS Paca assure que la campagne va prendre de l’ampleur dans le département

Fabien Binacchi

— 

Une fiole du vaccin Pfizer/BioNTech au CHU de Nice
Une fiole du vaccin Pfizer/BioNTech au CHU de Nice — Syspeo / Sipa
  • L’épidémie de nouveau coronavirus continue à progresser dans les Alpes-Maritimes, où le taux d’incidence était de 340, mardi soir.
  • Nice et le département ont été parmi les premiers à être livrés en doses de vaccins en France, pour de premières injections le 30 décembre.
  • Mardi, 8.000 doses avaient été livrées et l’ARS Paca promet de nouvelles livraisons régulières.

Les Alpes-Maritimes, parmi les premiers départements à recevoir les vaccins contre le Covid-19, vont accélérer le rythme des injections, a assuré l’ARS Paca mardi. Et il y a urgence selon le président du conseil départemental Charles-Ange-Ginésy qui dénonçait ce mercredi matin au micro de France Bleu Azur un « fiasco » national.

« Je ne sais pas ce qu’il se passe sur le terrain mais la vaccination peine à démarrer », a-t-il lâché, alors que le nombre de cas enregistre une hausse inquiétante sur la Côte d’Azur.

Où en est l’épidémie ?

Elle continue à progresser dans les Alpes-Maritimes, surtout si l’on se réfère au taux d’incidence, le nombre de cas diagnostiqués pour 100.000 habitants. Mardi soir, selon les derniers chiffres de l’ARS, il était de 340, bien plus haut que dans les autres départements de Paca. Une semaine plus tôt, cet indicateur atteignait déjà 295. Le nombre d’hospitalisations est également inquiétant (538, mardi). En soins intensifs, le nombre de patients a connu un bond de 50 % en deux semaines.

Près de 8.000 doses de vaccins déjà livrées

Nice et le département ont été parmi les premiers à être livrés en France, pour de premières injections le 30 décembre. Mardi, les Alpes-Maritimes avaient reçu un total de 7.800 doses du vaccin Pfizer/BioNTech. « Et l’approvisionnement va être continu. De nouvelles livraisons sont prévues le 8, puis le 11, etc. », a expliqué Philippe de Mester, le directeur de l’ARS Paca. Et le vaccin Moderna « devrait arriver à la fin du mois ».

Les Ehpad et les professionnels de santé en premier

Après les vaccinations - symboliques - de personnes âgées le 30 décembre dans la capitale azuréenne, les choses s’accélèrent. Notamment dans les Ehpad, où les résidents sont prioritaires. Même si dans certains établissements, le taux de « résistance à la vaccination est très haut », a regretté mardi le préfet Bernard Gonzalez. Depuis lundi, un centre est également ouvert au CHU de Nice pour les professionnels de santé à risque. D’autres plateformes qui leur seront destinées doivent entrer en action le 11 janvier notamment à Grasse, Menton, Cannes et Antibes.

Et pour le reste de la population ?

« Le but est d’ouvrir la vaccination à la population générale de plus de 75 ans très vite et aux autres ensuite », a assuré Philippe de Mester. « Il n’y a pas de retard. On est dans notre timing », a-t-il ajouté, balayant les critiques, tout en précisant que la campagne allait « prendre de toute façon plusieurs mois ». Certaines communes sont déjà sur le pied de guerre. Cannes est notamment prête à activer deux centres, l’un au Palais des festivals et l’autre au palais des victoires, une salle de sport de l’ouest de la ville.