Nice : Pour lutter contre les inondations, le quartier d’affaires du Grand Arénas va se mettre au vert

URBANISME Accusé par ses opposants de trop « bétonner » la plaine du Var, Christian Estrosi veut « un quartier résilient où, en cas d’inondation, la vie continue »

Fabien Binacchi
— 
Le lifting du quartier prévoit 13 ha de «terre» de plus qu’actuellement
Le lifting du quartier prévoit 13 ha de «terre» de plus qu’actuellement — Leclercq Associés
  • Dans le cadre de l’Opération d’intérêt national dans la plaine du Var, le quartier d’affaires du Grand Arénas est en chantier pour les années à venir.
  • Sur cette emprise de 49 ha, 17 ha d’espaces végétalisés sont désormais prévus alors que le premier projet, présenté en 2011, n’en prévoyait que 10,2.​

Sans doute encouragée encore par les récentes inondations, la métropole a dévoilé mercredi un avenir un peu plus vert pour le Grand Arénas. L’agence d’architectes Leclercq associés, mandatée pour poursuivre la refonte du quartier d’affaires de l’ouest niçois jusqu’en 2028, a prévu sur cette emprise de 49 ha, 17 ha d’espaces végétalisés.

Le premier projet, présenté en 2011, n’en prévoyait que 10,2. Et il n’y en aurait que quatre dans la configuration actuelle des lieux, selon la collectivité. Construit dans les années 1980 sur le modèle de la Défense, pour ouvrir la ville à l’international, l’Arénas a peu à peu gagné sur le milieu naturel du delta du fleuve Var, au nord de l’aéroport.

« En cas d’inondation, la vie continue »

Le nouveau projet est conçu pour que « le ruissellement » et « les impondérables de l’eau » soient accompagnés et « qu’il n’y ait pas de barrage », avance l’architecte François Leclercq. Le maire LR de Nice est plus explicite : il évoque « un quartier résilient où, en cas d’inondation, la vie continue ».

Accusé par ses opposants de trop « bétonner » la plaine du Var, dans le cadre de l’Opération d’intérêt national qui mobilise de nombreuses constructions, le maire LR a orienté son troisième mandat. « Face aux catastrophes annoncées, l’exigence est de nous protéger encore mieux qu’ailleurs. La perméabilisation des sols est une exigence », expliquait-il à 20 Minutes, en mars dernier. Avec un objectif affiché : végétaliser sur 60 nouveaux hectares en six ans.

Entre le futur palais des expositions et la nouvelle gare

Le projet du Grand Arénas prévoit tout de même 600 000 m2 de bâtiments. Dont 70 % de bureaux et 2 000 logements. Il sera entouré par le futur parc des expositions et par la nouvelle gare SNCF de l’aéroport.

Livrée fin 2021 pour remplacer la gare Saint-Augustin, elle formera « le plus grand pôle multimodal d’Europe » selon Christian Estrosi, avec le tramway et une gare routière, prévue en souterrain dès 2022.