Le nouveau port a été inauguré en 1989
Le nouveau port a été inauguré en 1989 — Google Maps

EAUX TROUBLES

Vallauris-Golfe-Juan : Un rapport plonge dans l'opacité de la gestion du port Camille-Rayon

La chambre régionale des comptes Paca relève des anomalies dans la gestion du nouveau port, et le laisser-faire de la commune

  • La chambre régionale des comptes adresse treize recommandations à la commune de Vallauris-Golfe-Juan qui semble avoir fermé les yeux sur la concession du port Camille-Rayon.
  • Selon Mediapart, une information judiciaire a été ouverte par le Parquet national financier.

La commune de Vallauris-Golfe-Juan, près de Cannes dans lesAlpes-Maritimes, perd-elle des millions d’euros de redevance par an faute de contrôler la gestion de son nouveau port ? C’est l’une des questions que soulève le « rapport d’observations définitives » de la chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte-d'Azur sur la concession du port Camille-Rayon. Quarante pages d’analyses poussées qui révèlent de nombreuses anomalies.

Accolé au Vieux-Port de la commune, ce dernier, destiné à la plaisance, compte 838 anneaux, accueillant des unités jusqu’à 75 m. Il est doté d’un chantier naval permettant d’intervenir sur des yachts de grande taille, a été inauguré en 1989 et fait l’objet d’une concession à une société privée. Et depuis cette date ? La commune semble avoir laissé faire le concessionnaire dans une gestion pour le moins contestable.

Treize recommandations

Le rapport pointe ainsi la passivité de la commune, qui n’aurait pas vérifié le respect des normes environnementales ni la fixation des tarifs. C’est d’ailleurs l’objet de la septième recommandation de la cour : « soumettre les tarifs du port en conseil municipal ».

Dans son rapport, la chambre régionale des comptes émet en tout treize recommandations. Elle juge que le port manque de compétitivité par rapport aux ports voisins, que sa gestion est opaque et même que l’occupation du domaine public maritime se fait parfois sans contrepartie. C’est le cas de la station d’avitaillement – la station-service des bateaux – dont l’exploitant réalise un bénéfice annuel de plus de 100.000 euros par an et « ne paie aucune redevance ».

Une enquête du Parquet national financier

Contactée par 20 Minutes, la commune de Vallauris-Golfe-Juan n’a pas souhaité communiquer sur le sujet avant que ce rapport ne soit présenté aux élus, lundi soir en conseil municipal. Selon Mediapart, « les observations détaillées du rapport [que le pureplayer a consulté] viendront, selon toute vraisemblance, nourrir les investigations en cours au Parquet national financier ».

Mediapart qui révèle que « de source judiciaire, une information judiciaire a été ouverte par le PNF, le 19 juin, des chefs de «favoritisme», «prise illégale d’intérêt», «banqueroute», «abus de biens sociaux», «escroquerie au jugement», «recel en bande organisée», «négligence du dépositaire ayant permis la soustraction, le détournement ou la destruction de bien public» et «recel» de ce délit.