Confinement dans les Alpes-Maritimes : Des commerçants de Nice proposent la livraison en 4 heures

INITIATIVE Une quinzaine de commerces du centre-ville ont conclu un partenariat avec la société niçoise Livreur Chic

Michel Bernouin

— 

Livreur chic a été lancé en décembre 2015 (Archives)
Livreur chic a été lancé en décembre 2015 (Archives) — M. Frénois / ANP / 20 Minutes
  • Des achats à distance chez des commerçants du centre-ville de Nice peuvent désormais être livrés dans la demi-journée.
  • L’initiative démarre doucement mais pourrait se prolonger après le confinement en cas de succès.

Des colis entre les repas. Depuis le 12 novembre, l’entreprise niçoise Livreur Chic, spécialisée dans la livraison de bons petits plats de restaurant, transporte aussi des achats réalisés chez des commerçants du centre-ville de Nice.

Une initiative lancée par l’association Nice Centre – Rive Droite pour « garder du lien avec les clients et proposer un service aux Niçois qui n’ont envie de sortir en raison du confinement ou qui considèrent que ces achats ne sont pas de première nécessité », explique Christophe Brémard, le président de l’association.

« Nous en avons discuté dès la première semaine du confinement, se souvient Franck Leon, cofondateur de Livreur Chic. L’idée c’est que l’association prenne en charge une partie des premières courses pour que les commerçants se lancent. Et nous, on propose le service quasiment à prix coûtant. On fait ça par la solidarité, en tant que maillon de la chaîne économique de Nice. C’est notre petite contribution. »

Alternative au « clic and collect »

Cette alternative au « click and collect », qui implique que les gens se déplacent, permet donc de se faire livrer un colis pesant jusqu’à 3 kg, à une distance de 4 km du commerçant. Le principe est simple : « Les commerçants demandent des identifiants à l’association pour bénéficier des courses à la demande. Ensuite entrent adresses et on leur envoie un livreur », développe Franck Leon.

Quelques jours après le lancement, cette initiative reste confidentielle avec une quinzaine de commerces proposent ce service et une cinquantaine de livraisons réalisées. « On est sur des petits volumes notamment parce que les commerçants avaient déjà pris l’habitude depuis le début du confinement de livrer eux-mêmes leurs clients. »

Mais elle pourrait perdurer après la fin du confinement. « Les commerçants se sont réinventés. Tout ne va pas revenir comme le monde d’avant, estime Christophe Brémard. Internet permet l’achat immédiat mais, nous, on propose mieux avec une livraison en moins d’une demi-journée, en moins de deux heures en moyenne. »