Coronavirus à Nice : Estrosi menace de mettre en place « un reconfinement total le week-end »

CRISE SANITAIRE Une mesure qu’il enclencherait « si, dans huit jours, nous ne repassions pas sous un taux d’incidence de 150 »

Fabien Binacchi

— 

Controle de la police municipale pendant le couvre-feu, place Masséna à Nice, le 24 octobre 2020
Controle de la police municipale pendant le couvre-feu, place Masséna à Nice, le 24 octobre 2020 — SYSPEO/SIPA

Le maire de Nice tape du poing sur la table. Et menace de serrer un peu plus la vis contre le Covid-19, au-delà du couvre-feu instauré dans les Alpes-Maritimes, depuis samedi. « Si dans huit jours, nous ne repassions pas sous un taux d’incidence de 150 [le nombre de cas pour 100.000 habitants], je proposerais des mesures supplémentaires et notamment la mise en place d’un reconfinement économique et d’un reconfinement total le week-end », a annoncé Christian Estrosi ce lundi.

« Je demanderais au préfet la fermeture de certains commerces non indispensables. Et je ferais également fermer certains établissements sportifs et culturels de la ville. Les marchés seraient aussi davantage réglementés », a précisé l’édile.

« Je ne laisserai pas exploser notre système de santé »

Nice affiche un taux d’incidence de 166, bien en deçà des chiffres relevés dans certaines autres grandes villes de France, notamment à Lyon ou Saint-Etienne, mais l’évolution du virus est « alarmante », pointe encore Christian Estrosi. « Je ne laisserai pas exploser notre système de santé », a-t-il lâché, précisant que le CHU de Nice ne disposait plus que de deux lits en unité Covid.

Avant de prendre ces éventuelles nouvelles « mesures restrictives et très fortes » qui dépendront « de l’effort qu’accepteront de faire encore les Niçois », le maire a aussi annoncé que, « dès ce lundi soir, 50 % du personnel de la métropole et de la ville de Nice étaient placés en télétravail ». « Et j’appelle toutes les autres institutions à mettre en œuvre la même pratique pour libérer de l’espace dans les transports en commun », a-t-il dit.