Coronavirus à Nice: Pour éviter le couvre-feu, la ville et la préfecture font opérer des patrouilles dans les établissements

COVID-19 Ces contrôles du respect des gestes barrière, ordonnés « face à une progression alarmante des taux de positivité » pourront aller jusqu’à des fermetures immédiates

Fabien Binacchi

— 

Un couvre-feu avait déjà été décrété à Nice en avril dernier
Un couvre-feu avait déjà été décrété à Nice en avril dernier — SYSPEO/SIPA

Ils redoutent que le « seuil d’alerte maximale susceptible d’entraîner l’application d’un couvre-feu » soit bientôt atteint. Samedi soir, « face à une progression alarmante des taux de positivité » du Covid-19, la ville de Nice et la préfecture des Alpes-Maritimes ont demandé « aux forces de l’ordre d’opérer des patrouilles dans les établissements ouverts au public ». Ces contrôles du respect des gestes barrière « pourront aller jusqu’à [des fermetures immédiates] », précisent-ils.

Sans évoquer de données chiffrées précises, la collectivité et les services de l’Etat avancent que « les chiffres transmis par l’Agence régionale de santé [ARS] sur le taux d’incidence, le taux de positivité et le nombre d’hospitalisations sur notre territoire marquent une progression alarmante de l’épidémie ».

Des signes de reprise dès mardi

Mardi, le dernier bulletin publié par l’ARS Paca montrait que le « taux de positivité » était en forte hausse dans les Alpes-Maritimes, passant en une semaine de 6,1 % à 9,9 %. Le « taux d’incidence », le nombre de nouveaux cas sur 100.000 habitants, était de 116 (contre 81 il y a une semaine et 106 il y a deux semaines) selon Santé publique France.

Depuis samedi, le gouvernement a décidé d’imposer un couvre-feu, entre 21 h et 6 h du matin, dans la région parisienne ainsi que dans les communes de huit métropoles françaises. Celle de Nice n’est pour le moment pas concernée.