Alpes-Maritimes : Les mesures anti Covid-19 semblent porter leurs fruits

ESPOIR Les dernières statistiques publiées par l'Agence régionale de santé montrent une baisse du nombre de contaminations et une stabilisation des hospitalisations

Michel Bernouin

— 

Lors d'un test de dépistage au Covid-19 à Marseille
Lors d'un test de dépistage au Covid-19 à Marseille — Daniel Cole/AP/SIPA
  • Le nombre de contaminations au Covid-19 diminue et les hospitalisations se stabilisent.
  • Cette amélioration pourrait se poursuivre si les récentes mesures ordonnées par la préfecture des Alpes-Maritimes s’avèrent efficaces.

La reprise de l’épidémie de Covid-19 est-elle en train d’être enrayée dans les Alpes-Maritimes ? S’il est trop tôt pour être catégorique, les derniers chiffres publiés par l’Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte-d'Azur sont plutôt encourageants.

Les taux d’incidence et de positivité baissent enfin. Après sept semaines de hausse, et un pic à au-dessus de 150, le taux d’incidence (le nombre de personnes testées positives sur 100.000 personnes) a diminué ces derniers jours, passant sous les 90.

Ce taux était particulièrement élevé pour la classe d’âge des 20 à 40 ans jusqu’à la fin du mois d’août, il a désormais nettement diminué, passant sous la barre des 100.

6,6 % de « positivité »

Le taux de positivité est redescendu à 6,6 % dans les Alpes-Maritimes, son plus bas niveau depuis trois semaines. Sur l’ensemble de la région Paca, ce taux baisse à 7,4 % et repasse sous la moyenne nationale (7,6 %).

Les hospitalisations se stabilisent. Il y a actuellement 120 personnes hospitalisées atteintes du Covid-19 dans le département, soit 21 de moins en une semaine. Le nombre de malades graves, admis en service de réanimation, s’élève à 16 (+2 en une semaine).

Ces données sont capitales dans la stratégie actuelle, qui consiste à maintenir une capacité d’accueil hospitalière pour les activités programmées, comme le confiait récemment à 20 Minutes le docteur Eric Cua, infectiologue au CHU de Nice : « durant la première vague nous avions tout consacré au Covid. Nous avions déprogrammé toutes les interventions possibles. Aujourd’hui, nous nous organisons pour accueillir les patients atteints du Covid-19 et tous les autres. »

Effet des mesures prises à partir du 10 septembre ?

L’inversion des courbes pourrait être la traduction des premières mesures « plus contraignantes » décidées par la préfecture des Alpes-Maritimes il y a trois semaines, ce qui correspond au délai pour constater les effets, compte tenu de la durée d’incubation de la maladie et du temps de compiler les données. Elle avait ordonné la fermeture des bars et restaurants à 1 h du matin le 10 septembre, puis celle des snacks et épiceries quatre jours plus tard.

A suivi le « tour de vis » du 22 septembre avec une batterie de nouvelles mesures : interdiction des regroupements de plus de dix personnes dans l’espace public, grands événements « culturels, festifs et sportifs » limités à 1.000 visiteurs, vente à emporter d’alcool et sa consommation sur la voie publique interdites après 20 h, interdiction de diffuser de la musique en extérieur pour éviter les rassemblements.

Ces dernières mesures, si elles s’avèrent respectées et efficaces, devraient produire leurs effets dans les prochains jours.