Coronavirus dans les Alpes-Maritimes : Le préfet serre finalement la vis dans tout le département

COVID-19 Les dispositions annoncées vendredi pour la ville de Nice sont étendues à toutes les communes

Fabien Binacchi

— 

Les débits de boissons doivent fermés à 00h30
Les débits de boissons doivent fermés à 00h30 — SYSPEO/SIPA
  • Les mesures « plus contraignantes » annoncées vendredi pour lutter contre la reprise de l’épidémie à Nice sont étendues à tout le département des Alpes-Maritimes.
  • Les regroupements sont limités à 10 personnes dans l’espace public et les grands événements doivent également limiter leur jauge à 1.000 visiteurs, au lieu de 5.000.

Nice n’est plus la seule commune concernée par les mesures « plus contraignantes » annoncées vendredi par le préfet pour enrayer la reprise de l’épidémie de Covid-19. Ses dispositions, comme l’interdiction des regroupements de plus de dix personnes dans l’espace public, s’appliquent dès ce mardi à toutes les communes des Alpes-Maritimes.

Plusieurs arrêtés ont été pris alors que le taux d’incidence du nouveau coronavirus (le nombre de cas positifs pour 100.000 habitants) atteint 153 pour le département, où le port du masque est obligatoire dans les plus grandes communes. Ce taux est actuellement de 160 pour la seule ville de Nice, précise l’ARS Paca à 20 Minutes.

« Des sacrifices maintenant » pour éviter le reconfinement

Les rassemblements privés de plus de dix personnes sont donc désormais proscrits « dans les parcs, jardins, plages et sur les quais » de tout le territoire. Les grands événements « culturels, festifs et sportifs » doivent également limiter leur jauge à 1.000 visiteurs, au lieu de 5.000. Dimanche, le match Nice-PSG s’était joué à huis clos.

Comme à Nice, les débits de boissons de toutes les autres communes de la Côte d’Azur doivent fermer entre 0 h 30 et 6 h du matin. La vente à emporter d’alcool et sa consommation sur la voie publique sont interdites après 20 h. Il n’est également plus permis de diffuser de la musique en extérieur pour éviter les rassemblements.

Invité de France Bleu Azur ce mardi matin, le préfet Bernard Gonzalez a indiqué que, pour le moment, « la mesure de reconfinement ne s’impose pas ». Mais il prévient aussi que cette option, activée dans plusieurs pays, n’était pas « une illusion », appelant les Azuréens à « faire des sacrifices maintenant » pour l’éviter.