Coronavirus à Nice : Des agents du CHU infectés continuent-ils à travailler ?

COVID-19 Le maire de Nice en avait lui-même parlé en fin de semaine dernière

Fabien Binacchi

— 

L'entrée de l'hôpital Pasteur 2 du CHU de Nice
L'entrée de l'hôpital Pasteur 2 du CHU de Nice — SYSPEO/SIPA

Christian Estrosi s’en était lui-même fait l’écho, vendredi, alors que le préfet annonçait de nouvelles mesures « plus contraignantes » pour freiner la reprise de l’épidémie de Covid-19 à Nice. Selon le maire, des agents du CHU testés positifs au coronavirus seraient obligés de continuer à travailler. La direction s’est fendue d’un « démenti » formel.

« Suite aux fausses informations qui circulent », le CHU de Nice a tenu à « rappeler » dans un communiqué « sa doctrine fondée sur l’avis du Haut Conseil de la santé publique relatif à la conduite à tenir pour les professionnels intervenant en établissement de santé selon leur statut vis-à-vis du SARS CoV-2 ». Tout agent « dont le test est positif est contacté le lendemain du prélèvement par la médecine du travail qui prononce une éviction systématique sous la forme d’une inaptitude temporaire de huit jours », précise la direction.

Des informations « contradictoires » parmi le personnel

Elle explique également avoir dû expliquer à nouveau ces règles dans les différents établissements du CHU. « Alertée de la diffusion d’informations contradictoires par certains membres du personnel, la direction a rappelé ces consignes très claires à l’encadrement : un agent Covid + ne doit pas venir travailler », détaillent les responsables.

Depuis le 27 août, le département des Alpes-Maritimes est classé comme une « zone rouge », c’est-à-dire où il a été constaté une « circulation active du virus ». A Nice, le taux d’incidence est de 200 (cas pour 100.000 habitants), soit quatre fois le niveau d’alerte.