Côte d’Azur : Moins de commerces mais aussi « un campus des métiers de l’environnement », ce qu’imagine le maire de Valbonne pour Open Sky

ECONOMIE L’écologiste Joseph Cesero plaide pour un redimensionnement du projet de centre commercial s’il n’obtient pas son abandon

Propos recueillis par Olfa Ayed
— 
Joseph Cesaro, le maire écologiste de Valbonne élu le 28 juin 2020
Joseph Cesaro, le maire écologiste de Valbonne élu le 28 juin 2020 — Facebook Joseph Cesaro
  • Prévu pour être une zone commerciale de grande ampleur, Open Sky ne fait pas l’unanimité depuis son lancement.
  • Le maire écologiste de Valbonne, Joseph Cesario, espère l’abandon ou la modification du projet.

Depuis le début de son mandat de maire de Valbonne, l'écologiste Joseph Cesaro tente de faire abandonner le projet Open Sky – un complexe de 59.900 m2 composé de boutiques « spécialisées dans l’équipement de la personne et de la maison », d’un hôtel (10.000 m2), de bureaux (20.000 m2) et d’espaces dédiés à la culture et aux loisirs – porté par la Compagnie de Phalsbourg.

Après avoir essayé de suspendre le dossier en l’intégrant au moratoire sur les zones commerciales décidé par Emmanuel Macron, en vain, Joseph Cesaro continue aujourd’hui de mobiliser les acteurs du projet. Interrogé par 20 Minutes, Philippe Journo, fondateur de la Compagnie de Phalsbourg indique qu’il « veut bien discuter » sur le devenir du centre, mais dit qu’il ne comprendrait pas qu’un élu ne l'« accepte pas chez [lui] ». Joseph Cesaro fait le point sur cet épineux dossier.

Début juillet, vous évoquiez votre souhait de réunir l’ensemble des partenaires impliqués dans le projet Opensky. Qu’en est-il en septembre ?

J’ai profité des deux mois d’été pour les voir. J’ai rencontré à deux reprises Philippe Journo, le président de la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis (Casa), le préfet des Alpes-Maritimes et le cabinet de la ministre de la Cohésion des territoires. Pour l’instant je suis dans l’expectative. J’ai demandé au préfet d’organiser une réunion entre le préfet de la commune, la communauté d’agglomération et Philippe Journo. Car il y a des bizarreries administratives dans le dossier. Nous ne savons plus à qui revient la responsabilité des décisions. Il n’y a plus de donneurs d’ordre.

En juillet, vous déclariez que vous souhaitiez « arrêter » le centre commercial. Quelles sont vos attentes pour cette zone ?

Je veux qu’on réussisse à se mettre d’accord avec la Compagnie de Phalsbourg sur une indemnisation pour qu’il abandonne le projet. Ou alors qu’on le redimensionne. Je souhaite que ce qu’on réalise soit compatible avec la population. Philippe m’a dit qu’il n’était pas opposé à abandonner le projet s’il y a effectivement une indemnisation et qu’il était également ouvert à un redimensionnement du projet.

Si l’abandon du projet tombait finalement à l’eau, quelle nouvelle version d’Opensky souhaiteriez-vous ?

Je ne suis pas opposé à ce qu’il y ait des commerces puisque aux portes de Valbonne il y en a déjà. On peut imaginer faire un campus des métiers de l’environnement. On pourrait y avoir un parking tampon pour ceux qui vont sur la zone. Ils pourraient s’y garer puis utiliser le bus-tram ou des véhicules électriques qu’on installerait.

Les chantiers ont-ils repris là-bas ?

Philippe Journo a déposé une déclaration de réouverture du chantier mais il lui manque dix hectares. Il l’a commencé de manière informelle. Je vais lui envoyer un courrier pour lui dire que sa déclaration tombe à plat.