Nice : Philippe Vardon dénonce « l’explosion de l’insécurité », la police parle au contraire d'une baisse de la délinquance

POLITIQUE Les élus municipaux du Rassemblement national et de la Droite populaire ont fait leur rentrée sur le thème de la lutte contre l’insécurité

Olfa Ayed

— 

Philippe Vardon (RN) en conférence de presse entouré d'élus de son groupe pour parler de l'insécurité à Nice.
Philippe Vardon (RN) en conférence de presse entouré d'élus de son groupe pour parler de l'insécurité à Nice. — Grégoire Gonzalez de Linares

« Ramenons la sécurité dans notre ville », écrit sur des tracts le groupe d’élus niçois du Rassemblement national et de la Droite populaire, réuni autour de Philippe Vardon.Lundi, ils se sont retrouvés pour une conférence de presse sur le thème de « l’ensauvagement » de la ville et « l’explosion de l’insécurité ». De son côté, la Direction centrale de la Sécurité publique (DDSP) évoque pourtant une baisse de la « délinquance générale ».

Le groupe énumère 24 attaques au couteau et treize fusillades depuis le début de l’année et demande « plus de présence policière » dans les rues de la ville, « l’ouverture de dix vrais postes de police municipale pour mailler l’ensemble de la ville, et le renforcement de la brigade cynophile. »

« Il y a plutôt une baisse de la délinquance »

Ces derniers mois ont été marqués par des tirs dans le quartier des Liserons, en juin, et aux Moulins, reconnaît le procureur de Nice Xavier Bonhomme qui évoque « le sentiment d’une recrudescence d’agression par armes blanche depuis la mi-mai, après le déconfinement ».

Mais, sur les chiffres de la délinquance, « les données sont plutôt à la baisse », annonce un représentant de la DDSP. « Pendant le déconfinement on a constaté des énervements d’automobilistes mais au total des infractions constatées, il y a plutôt une baisse de la délinquance générale », détaille-t-on encore du côté de la police.

Les élus RN et de la Droite populaire, eux, ne désarment pas. Ils ont fait savoir qu’ils distribueraient dès vendredi des tracts qui appellent à ramener « la sécurité dans la ville ».