Nice : « Je veux que la ville soit exemplaire pour les animaux », confie Henry-Jean Servat

INTERVIEW Le journaliste et écrivain Henry-Jean Servat est le conseiller municipal de Christian Estrosi en charge de la protection animale

Propos recueillis par Fabien Binacchi

— 

Henry-Jean Servat, en juillet 2020
Henry-Jean Servat, en juillet 2020 — Jacques BENAROCH/SIPA
  • Henry-Jean Servat, membre du Parti animaliste, a été élu à Nice sur la liste de Christian Estrosi.
  • Conseiller municipal délégué à la protection animale, il est également en charge du cinéma.

Chroniqueur mondain, écrivain et désormais conseiller municipal. Henry-Jean Servat, membre du Parti animaliste et « ami proche » de Laura Tenoudji-Estrosi a rejoint l’équipe du maire de Nice, Christian Estrosi, où il aura la charge tout au long de ce mandat des dossiers relatifs à la protection animale mais aussi au cinéma.

C’est votre premier mandat politique. Qu’est-ce qui vous a motivé ?

Je suis bouleversé par la détresse et par la souffrance animale. Ça me rend malade. Vraiment. J’ai fait plein de choses dans ma vie, de la télé, des livres, des documentaires… mais je voudrais laisser quelque chose de plus : avoir fait quelque chose de bien pour les animaux. C’est vraiment la cause de ma vie. Et je suis venu à Nice​ à l’appel de Christian Estrosi rien que pour ça. Pour qu’on fasse de Nice une ville exemplaire, irréprochable et digne pour les animaux. Je ne suis pas venu ici pour faire de la politique.

Quelles pourraient être vos premières actions ?

Je voudrais vraiment que l’on continue à travailler sur la stérilisation des chats de façon massive. Je veux également faire en sorte que les gens malades qui vont être hospitalisés puissent rentrer avec leur chien ou leur chat. Un projet d’aménagement est déjà lancé avec l’institut Pompidou de Nice. Je voudrais aussi travailler avec les structures du CCAS. Egalement pour développer des foyers spéciaux qui pourraient accueillir les sans-abri avec leurs animaux. J’ai également demandé au maire à ce que l’on puisse réfléchir à l’ouverture d’une deuxième plage accessible.

La stérilisation des œufs de goéland telle qu’elle est pratiquée à Nice est-elle compatible avec votre vision de la défense des animaux ?

L’idée est d’éviter leur prolifération. Il n’est pas question d’éradiquer l’espèce. Mais il y a un vrai problème de nuisance, et il faut bien s’en occuper.

Henry-Jean Servat, ici en compagnie de l'actrice niçoise Michele Mercier, en juillet 2020
Henry-Jean Servat, ici en compagnie de l'actrice niçoise Michele Mercier, en juillet 2020 - Jacques BENAROCH/SIPA

Vous êtes également subdélégué au cinéma. Votre carnet d’adresses promet-il de nombreux événements ?

J’ai plein d’idées. J’aimerais notamment que l’on puisse rendre hommage à Luis Mariano, mais aussi aux grands Niçois, Mylène Demongeot, Michèle Mercier et beaucoup d’autres.