Coronavirus à Nice : « Le masque s’il vous plaît »… Les policiers commencent à verbaliser les passants ce mercredi

PREVENTION La ville a rejoint lundi d’autres métropoles françaises qui ont imposé le port du masque dans les rues

L.Br.

— 

Place Masséna à Nice, le 3 août 2020.
Place Masséna à Nice, le 3 août 2020. — SYSPEO/SIPA

« Le masque s’il vous plaît, c’est obligatoire ». Dans les rues de Nice, où le masque est obligatoire sur un « large périmètre » depuis lundi, la police peut distribuer amendes et ordres de fermetures de terrasses aux récalcitrants à compter de ce mercredi, rappelle Nice-Matin.

L’arrêté municipal impose le port du masque de 10 h à 1 h du matin, sous peine d’une amende de 35 euros. Depuis lundi, une dizaine d’agents de la police municipale sont présents sur les sites les plus fréquentés pour faire de la prévention. « A partir de mercredi, on prendra vraiment des sanctions », avait précisé le maire de la ville Christian Estrosi.

Des haut-parleurs sur la promenade des Anglais

Interrogé sur la durée de cette mesure, l’édile avait répondu : « Jusqu’à ce qu’on me dise qu’il (le virus) ne circule plus (…) J’ai eu un cap pendant toute cette période, que je n’ai pas quitté et que je ne quitterai pas jusqu’à ce qu’on ait atteint 50 % d’immunité, si le vaccin n’est pas sorti d’ici là ».

Pour rappeler ces mesures aux passants désinvoltes et aux vacanciers insouciants, la ville de la Côte d’Azur a installé dans le prolongement de la Promenade des Anglais des haut-parleurs qui rappellent toutes les demi-heures « la nécessité de respecter les gestes barrières », mais aussi de ne pas s’attrouper, de laisser la plage propre, de ne pas troubler le voisinage avec de la musique ou de ne pas consommer d’alcool passé une certaine heure. Une quinzaine de ces haut-parleurs, déjà utilisés pendant le confinement, sont déployés et une dizaine de plus le seront pour faire respecter le port du masque, a précisé Christian Estrosi. A Nice, les mesures barrières font partie intégrante des vacances.